CAN Gabon Niger
Clement Levy Madinda | AFP

Le Gabon lance idéalement sa CAN

Publié le , modifié le

Pays organisateur de la Coupe d'Afrique des nations, le Gabon a bien débuté la compétition en battant le Niger 2-0. Face à l'une des équipes surprises de cette édition, le Gabon s'est imposé dans le stade de l'Amitié de Libreville grâce à des buts signés Aubameyang (30e) et Nguéma (45e). Dans le deuxième match de ce groupe C, la Tunisie a pris le dessus sur le Maroc 2-1.

A Libreville, la fête était au rendez-vous, d'autant que pour le plus grand plaisir du public gabonais, la logique a été respectée. Opposé à l'équipe surprise de cette Can, le Gabon a pris cette rencontre par le bon bout, et son sélectionneur Gernot Rohr n'y est sans doute pas pour rien. Alors que son équipe avait montré quelques lacunes sur le secteur offensif, le coach allemand a pris l'option de titulariser l'attaquant Stéphane Nguéma, reléguant sur le banc le capitaine Daniel Cousin. Et l'ancien joueur du Stade Rennais, aujourd'hui attaquant de l'US Bitam (au Gabon) a rapidement donné satisfaction à Rohr, en adressant une passe parfaite à Pierre-Emerick Aubameyang qui ouvrait la marque. Ce but a libéré le Gabon qui n'avait plus marqué depuis 330 minutes. Et après avoir été passeur, Nguéma s'est fait buteur, en inscrivant le deuxième but des Gabonais. Il a profité d'une tête à bout portant d'Aubameyang, repoussée in extremis par le portier nigérien, pour porter le score à 2-0 juste avant la pause. En deuxième période, la formation locale s'est contentée de gérer le score, aidée il est vrai par le coaching étonnant du Niger. Harouna Doula et son assistant Rolland Courbis ayant procédé à un changement avant la pause, et deux autres à l'heure de jeu, la blessure d'Amadou Kalala a laissé l'équipe à dix contre onze, dès la 72e minute...

La Tunisie déjoue les pronostics

Dans la foulée de cette rencontre, l'affiche de la journée proposait un duel maghrébin très alléchant entre le Maroc et la Tunisie. Et l'affiche a tenu ses promesses. Le sélectionneur belge du Maroc Eric Gerets avait prévenu, le premier qui marquerait dans cette rencontre, prendrait un ascendant important. Malheureusement pour lui, ceux sont les Tunisiens qui ont ouvert le score, par l'intermédiaire de Korbi peu après la demi-heure de jeu (34e, 1-0). A un quart d'heure de la fin du temps réglementaire, M'Sakni a alors doublé la mise (2-0, 76e), et le Maroc a sauvé l'honneur à quatre minutes de la fin grâce à Kharja (86e, 2-1).   Le scénario a été identique lors des deux périodes avec un Maroc  monopolisant le ballon et campant dans la moitié de terrain tunisienne mais se  faisant cueillir à froid sur un coup de pied arrêté puis un contre. 

La Tunisie - qui avait déjà battu le Maroc en finale de la CAN-2004 (2-1) et  s'était qualifiée pour le Mondial-2006 aux dépens de ces mêmes Lions de l'Atlas- est en situation idéale pour la suite du tournoi avec trois  points déjà au compteur et alors qu'il lui reste à jouer les deux équipes qui a  priori sont les plus faibles du groupe. Le Maroc, venu avec de grands espoirs,  a lui déjà brûlé son joker et les hommes d'Eric Gerets n'ont plus le droit à  l'erreur notamment face au Gabon,

REACTIONS

Harouna Doula (sélectionneur du Niger): "On savait que ce serait un match difficile. On a pris le premier but quand on commençait à s'installer. On a fait une mauvaise entame de match mais il y a encore deux matches et il faut se concentrer sur les 6 points en jeu. L'équipe a joué en-deçà de ses moyens. Il faut vite oublier ce match et préparer l'avenir calmement."

Idrissa Laouali (capitaine du Niger): "On a été en-deçà de nos capacités mais ce match n'est pas une fin en soi. On va préparer les prochains matches. Il y a eu du déchet dans notre jeu mais on va essayer de corriger les erreurs commises et remonter la pente."

Gernot Rohr (sélectionneur du Gabon): "Il y a une satisfaction mais courte car nous devons déjà préparer notre prochain match. On n'a pas pris de but, on n'a pas de blessé, on n'a pris qu'un carton... C'est un bon début mais le plus dur est à venir car les deux équipes qui restent à jouer (Maroc et Tunisie) sont peut-être meilleures. On a fait notre préparation pour être au top le 23 janvier, trouver le rythme et que les joueurs se trouvent. On a inclus des jeunes et insufflé un état d'esprit de compétiteur. On a fait le premier pas, il en reste deux. Les joueurs ont fait le match qu'il fallait faire. La pression était forte mais ils ont su se libérer. Ca faisait deux ans qu'on n'avait pas de pression... On a beaucoup de jeunes joueurs qui sont plus ou moins inconnus et j'espère que les observateurs vont les regarder."

Didier Ovono (gardien et capitaine du Gabon): "On a été solide en défense. J'ai dit aux gars de se calmer car je connais Moussa Maazou (attaquant du Niger) pour l'avoir déjà joué et je sais que c'est un gars dangereux. Ensuite, on avait un jeune joueur (Ebanega) dans la charnière. Et puis, en menant 2 à 0, ça ne servait à rien de se découvrir".

Romain Bonte