Le Burkina Faso atteint pour la 1ère fois de son histoire la finale de la CAN
Auteur d'un gros match, Bancé a porté le Burkina Faso vers une victoire historique | STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Le Burkina Faso finaliste historique

Publié le , modifié le

Le Burkina Faso est venu à bout du Ghana au terme d'une demi-finale indécise à Nelspruit (1-1, 3 t.a.b 2). Les Etalons rallient pour la première fois de leur histoire la finale de la CAN mais seront privés de Pitroipa, injustement expulsé. Les hommes de Paul Put affronteront dimanche le Nigéria, double vainqueur de l'épreuve.

Le public massé dans les tribunes du stade Mbombela de Nelspruit en a eu pour son argent. Malgré la pelouse sablonneuse de l'enceinte sud-africaine, Burkina Faso et Ghana ont offert un spectacle d'une intensité rare. Jusqu'au bout de l'effort, les deux équipes se sont livrés un duel épique qui n'a donné son vainqueur qu'à l'issue des tirs au but. Dominés en première période par des Ghanéens qui atteignaient ce stade de la compétition pour la 11e fois de leur histoire, les Burkinabés peuvent se sentir floués par l'arbitrage de Slim Jedidi, malgré la victoire. L'arbitre tunisien a d'abord accordé un pénalty plus que litigieux aux Black Stars. Mubarrak Wakaso ne s'est pas fait prier pour punir Diakité, d'un tir imparable dans le petit filet (0-1, 13e).

Arbitrage litigieux

Meilleure défense de cette CAN 2013, les hommes de Paul Put ne cédait que pour la deuxième fois du tournoi. Les joueurs de couloir ghanéens Atsu et Wakaso ont malmené l'arrière-garde des Etalons par leur vitesse et leur vivacité. Pitroipa et Nakoulma jouant sur les mêmes qualités dans le camp adverse, le match a pris une tournure spectaculaire, le ballon passant d'un camp à l'autre sans interruption. Dans le second acte, la densité physique de Bancé et Kaboré a considérablement gêné la défense ghanéenne. Le premier a logiquement égalisé sur une passe du second (1-1, 60e). Deux minutes auparavant, le maudit Gyan avait trouvé le poteau sur un cadeau d'Atsu (58e). A partir de l'heure de jeu, les Black Stars ont eu toutes les peines du monde à exister. Petit à petit, les coéquipiers d'un Bakary Koné, impérial derrière, ont étouffé ceux qui ont atteint neuf fois la finale de la CAN.

Première finale pour le Burkina

Les prolongations ont même été à sens unique. Le défenseur lyonnais et Bancé ont manqué le coche. Avant que M. Jedidi ne reprenne son festival de décisions controversées. A la 105e minute, il a refusé un but à Nakoulma pour des raisons peu évidentes. Puis a expulsé Pitroipa pour une simulation inexistante. "L'arbitre c'est un humain, il a le droit de se tromper, mais il s'est  trompé beaucoup de fois aujourd'hui, a déclaré  Charles Kaboré. "Il faut savoir pardonner  de temps en temps, mais aujourd'hui c'était trop" a ajouté le capitaine burkinaké, qui a demandé que Pitroipa soit innocenté. John Boye avait en effet bien déséquilibré son coéquipier du Stade Rennais dans la surface de réparation (117e).

Le résultat final a rétabli une forme de justice. Le Ghana a manqué deux fois la cible par Vorsah et Clottey lors de la séance de tirs au but. Malgré le raté de Koulibaly, l'arrêt de Diakité sur la dernière tentative ghanéenne a propulsé le Burkina Faso en finale. Une première historique pour les Etalons qui n'avaient plus dépassé le premier tour depuis 1998. Sans Pitroipa et Traoré, deux de ses meilleurs joueurs , les troupes de Paul Put ne se présenteront pas dans les meilleures dispositions face au Nigéria en finale. Comme la Zambie l'an dernier, il pourrait inscrire leur nom pour la première fois au palmarès de la Coupe d'Afrique.

Jérôme Carrère

Jerome Carrere