M'Bohli
Le portier algérie Rais M'Bohli discute avec son arrière-garde. | PEDRO UGARTE / AFP

L'Algérie peut remercier son ange gardien

Publié le , modifié le

Bousculés par une Afrique du Sud audacieuse, les Algériens, menés au score dès le retour du vestiaire, s'imposent finalement 3-1, grâce à des buts de Ghoulam et Slimani, lors de la Coupe d'Afrique des Nations. Dans le but algérien, Rais M'Bohli a été énorme. Les Fennecs s'installent en tête du Groupe C, suivi de près par le Sénégal, qui a triomphé du Ghana en début de soirée (2-1).

Cette victoire dans la douleur sera-t-elle propice à raffermir leur mental, ou n'est-elle qu'un trompe-l'oeil masquant leurs failles? Tous les faits de jeu ont tourné en leur faveur: le penalty de Rantie expédié sur la barre (55e), le but contre son camp de Hlatshwayo leur permettant d'égaliser (67e) et l'énorme boulette du gardien sud-africain qui tuait le match à 3-1, maladroit sur une frappe de Slimani (83e). Ghoulam, dans une percée côté gauche, avait porté la marque à 2-1 d'une frappe puissante (72e) et le vent avait alors définitivement tourné, un vent qui portait jusqu'alors les "Bafana Bafana" vers un exploit.

Car si l'Algérie s'efforçait d'évoluer très haut, de poser le jeu, c'était de manière stéréotypée. L'avant-centre Slimani restait introuvable pour ses coéquipiers en soutien, Feghouli, Mahrez et Brahimi, tous trois comme corsetés, sans étincelle.

Mbolhi encore impérial 

Ce souci de rigueur ne débouchait guère que sur quelques frappes lointaines, et s'enferrait dans la stérilité. Il a fallu que l'adversaire marque un but pour qu'ils se réveillent et inquiètent, par Slimani, le gardien Keet qui réalisait un double arrêt, aidé de sa barre (57e). Les "Bafana Bafana" en revanche, à l'aise dans le jeu de contre avec leurs rapides attaquants, insufflaient plus de variété dans leur jeu, plus de vivacité, à l'image de leur ouverture du score, un jeu à trois dans la surface conclu par Phala (51e).

Mais alors qu'ils déchiraient sans problème l'axe défensif algérien, la paire Halliche-Medjani en grande difficulté, ils se heurtaient au gardien Mbolhi, qui détournait un missile de Furman sur la barre (24e) et s'interposait  coup sur coup dans les pieds de Vilakazi (43e) et sur une tentative à bout portant de Jali (44e). Mbolhi, déjà très en vue lors du Mondial, notamment devant les futurs champions du monde allemands en 8e de finale (1-2 a.p.), fait figure d'élément le plus précieux chez des "Fennecs" peu emballants.Mais comme le dit l'adage footballistique, l'important, c'est les trois points...