La Tunisie et le Gabon qualifiés

La Tunisie et le Gabon qualifiés

Publié le , modifié le

Grâce à deux buts en toute fin de leur match respectif, le Gabon et la Tunisie ont obtenu leur qualification avant même de s'affronter à la dernière journée. Au terme d'un match à suspense, le pays co-organisateur de la CAN a renversé la situation avant de s'imposer face au Maroc dans les arrêts de jeu (3-2). Une victoire qui qualifie également la Tunisie, victorieuse un peu plus tôt à l'arraché du Niger (2-1).

Le Gabon au bout du suspense

Les pays organisateurs de la CAN 2012 se portent bien, merci pour eux ! La Guinée équatoriale et le Gabon se marquent à distance et ne lâchent rien. Comme le Nzalang Nacional, les Panthères gabonaises ont obtenu leur ticket pour les quarts de finale après deux journées seulement. Et comme eux, elles se sont offert le privilège d'éliminer un candidat à la victoire finale. Après le Sénégal, le Maroc quitte déjà la compétition avant même le dernier match. Tout avait pourtant mal commencé pour les Gabonais face à des Marocains en quête de survie dans cette poule C après leur revers initial face au rival tunisien (1-2). Et ce sont les Lions de l'Atlas qui ouvraient le score grâce à un but d'Houssine Kharja, magnifiquement servi par Belhanda (0-1, 25e). Eric Gerets avait tenté un coup de poker en laissant Marouane Chamakh sur le banc et ses hommes parvenaient malgré tout à contenir leurs adversaires, sous les yeux d'un public abasourdi par le premier but.

Mais finalement, le meilleur coaching était l'oeuvre de Gernot Rohr. Le tacticien français lançait le vétéran Daniel Cousin à la pause et les Panthères retrouvaient de leur mordant. En deux minutes, les Gabonais assénaient deux coups de griffe qu'ils pensaient décisifs. Pierre-Emeryck Aubameyang reprenait de volée (1-1,77e) avant que Cousin n'offre l'avantage aux siens (2-1, 79e). Mais c'était sans compter sur l'orgueil piqué au vif des Marocains. Dans les arrêts de jeu, Mouele commettait une main dans la surface et Kharja remettait les deux équipes à égalité (2-2, 90+1), pensant offrir un sursis à son pays dans la compétition. Mais au Stade de l'Amitié, il n'y avait pas de place pour les politesses entre les deux équipes. Le public était en effervescence et poussait ses protégés. Le Maroc faisait encore passer un dernier frisson dans les travées. Sur coup franc, Mbanangoye l'expérimenté délivrait tout un peuple au bout du suspense et après sept minutes d'arrêt de jeu (cinq annoncées initialement). 

Grâce à cette seconde victoire en autant de matches, le Gabon se hisse en quarts et embarque dans sa foulée la Tunisie. Les deux équipes se disputeront la première place du groupe, mardi prochain.

La Tunisie joue à se faire peur

La Tunisie a failli perdre la main, mais a fini par se reprendre pour n'être plus qu'à un doigt des quarts de finale de la CAN 2012. Vendredi, pour son 2e match du groupe C au Stade d'Angondjé (Gabon), les Aigles de Carthage ont puisé au fond de leurs réserves pour arracher une précieuse victoire face au Niger (2-1). A la dernière minute du temps réglementaire, Jemâa a redonné l'avantage aux siens et a pratiquement qualifié la Tunisie pour les quarts de finale. Tout avait rapidement débuté pour les hommes de Sami Trabelsi. Au terme d'un numéro en solo, Youssef Msakni ouvrait la marque (1-0, 4e). Face à l'une des plus faibles équipes de la compétition, les Tunisiens semblaient bien partis pour une victoire facile. Mais, sur un ballon contré et lobé, Moussa Mazou se prenait pour Maradona et boxait le ballon du poing par-dessus le portier adverse Mathlouthi. William n'avait plus qu'à profiter de cette opportunité pour marquer au nez et à la barbe de l'arbitre qui n'avait rien vu (1-1, 9e).

La Tunisie perdait alors le cours de sa rencontre. Et elle ne devait son salut qu'à la maladresse du Mena, incapable de concrétiser ses multiples contre-attaques. Maazou se créait un nombre incalculable d'occasions qu'il ne parvenait jamais à mettre au fond (2e, 17e, 60e, 79e, 83e). Son comparse Boubacar trouvait, lui, le poteau (34e). Il fallait près de 50 minutes aux champions d'Afrique 2004 pour refaire surface. Entré à la pause, Jemâa redonnait du peps à l'attaque tunisienne. Daouda remportait son duel face au buteur auxerrois (58e), puis face à Msakni (61e) tandis qu'Abennou voyait lui aussi le montant renvoyer sa frappe (64e). Mais la défense nigérienne finissait par céder sur une énième percée gagnante cette fois de Jemâa (2-1, 90e).

Melinda Davan-Soulas @Melinda_DS