Côte d'Ivoire éliminée CAN
Favoris de la CAN, les Ivoiriens ont échoué en quart de finale. Une désillusion de plus. | AFP - BEN STANSALL

La presse ivoirienne sermonne ses footballeurs

Publié le , modifié le

Éliminés dimanche par le Nigeria (2-1) en quart de finale de la Coupe d'Afrique des Nations, les Éléphants de Côte d'Ivoire font aujourd'hui l'objet de critiques acerbes dans les quotidiens nationaux ivoiriens, qui n'y vont pas par quatre chemins pour exprimer leur dépit.

Finalistes déchus de la précédente édition, les Ivoiriens ont subi un nouveau revers cette année. Plus sévère, cette fois-ci : l'équipe de Sabri Lamouchi n'a même pas atteint le dernier carré. Sur le papier pourtant, l'effectif emmené par Didier Drogba possédait toutes les qualités nécessaires pour s'imposer en Afrique du Sud. Mais comme depuis 1992, les Éléphants doivent repousser l'échéance à l'année suivante. La presse ivoirienne ne digère pas, et les critiques sont à la hauteur de la déception.

Le quotidien l'Inter évoque une élimination "sans gloire" pour "une génération qu'il faudra sans doute oublier et passer à autre chose". Le Patriote se désole de voir que "Drogba et ses camarades sont passés à côté de la consécration : est-il écrit que cette équipe, la meilleure du continent au classement FIFA, ne sera jamais couronnée?" Plus ferme, Nord-Sud vise le sélectionneur en demandant le départ immédiat de Sabri Lamouchi, qui "ne mérite pas de demeurer sur le banc des Éléphants".

"Quelle honte, dégagez!"

Parmi les plus sévères, on retrouve Fraternité Matin qui évoque une défaite "lamentable", et Notre Voie, déçue par une "équipe constellée de stars qui a été humiliée comme un piètre débutant par des Nigérians sans grade". Hors-concours, le quotidien sportif Supersport titre "Éléphants, quelle honte, dégagez!", estimant que cette élimination sonne le glas de la génération Drogba.

Pour l'ancien international nigérian Jay Jay Okocha, il n'y qu'une seule explication valable : "la sélection ivoirienne n'a pas le 'fighting spirit' qui fait les grandes équipes. Elle ne sait pas se battre"