Le Guinéen Ibrahima Traoré, auteur du but égalisateur face au Cameroun.
Le Guinéen Ibrahima Traoré | AFP

La Guinée qualifiée au tirage au sort

Publié le , modifié le

Le tirage au sort entre la Guinée et le Mali, à égalité parfaite à l'issue des trois matches du groupe D de la Coupe d'Afrique des Nations a rendu son verdict: c'est la Guinée qui a été désignée comme qualifiée pour les quarts de finale de la compétition. Elle termine donc officiellement deuxième de son groupe et affrontera en quarts de finale de la compétition le Ghana, vainqueur du groupe C, dimanche à Malabo.

Les trois rencontres disputées par le Mali et la Guinée s'étaient toutes soldées par un résultat identique (1-1), nécessitant un tirage au sort pour les départager. Selon le règlement de la CAN, les équipes à égalité sont en effet séparées aux matches particuliers entre elles. La Guinée n'était plus apparue dans le Top 8 depuis 2008 et le sélectionneur français Michel Dussuyer, arrivé en 2010, avait échoué au 1er tour lors de l'édition 2012 co-organisée par la Guinée équatoriale et le Gabon.

Un tel cas de figure s'était produit pour la dernière fois en Coupe d'Afrique en 1988 et l'Algérie avait accédé aux demi-finales (la compétition ne comptait que huit participants) aux dépens de la Côte d'Ivoire. "Je ne suis pas content de cette situation (...) mais nous n'avons pas le  choix", a déclaré le président de la CAF Issa Hayatou juste avant le tirage au sort. 

"La pire des cruautés"

Cette façon de procéder écorne l'image de la compétition. Les deux équipes ont regretté le recours au hasard, estimant que cela ne correspondait pas à l'esprit sportif. Il faut dire que le règlement de la confédération africaine de footabll (CAF) a supprimé le critère du fair-play après ceux du match  particulier, de la différence générale et de la meilleure attaque. Ce qui a été vivement critiqué.

De son côté, le Président malien, s'est offusqué de ce tirage: "C'est la pire des cruautés que de soumettre une équipe à ce genre d'exercice. On aurait préféré perdre sur des critères sportifs mais pas sur des critères extra-sportifs. La CAF doit revoir son mode opératoire". 

Christian Grégoire

CAN