Nsue Guinée Equatoriale Abdennour Tunisie
Nsue (Guinée Equatoriale) face à Abdennour (Tunisie) | KHALED DESOUKI / AFP

La Guinée Equatoriale fait chuter la Tunisie

Publié le , modifié le

La Guinée Equatoriale a arraché son billet en demi-finale de la CAN en battant la Tunisie au terme de la prolongation à Bata (2-1). Les Guinéens ont égalisé sur un penalty contestable à la dernière minute du temps réglementaire avant de se détacher grâce au doublé de Balboa. Dans le dernier carré, les Equato-Guinéens affronteront jeudi à Malabo le vainqueur du quart de finale Ghana-Guinée, dimanche.

Le match s'est terminé dans la confusion la plus totale: l'arbitre a dû se  faire escorter pour rejoindre le vestiaire et ne pas se faire frapper par les  joueurs tunisiens, et dont certains l'ont été par les forces de sécurité  locales. Le ministre des Sports, Francisco Pascual Obama, est descendu sur la piste  d'athlétisme et a répété une vingtaine de fois, micro en mains: "Nous demandons  le calme! Nous demandons le calme!" afin que l'ambiance électrique ne dégénère  pas davantage. On appelle la sélection nationale le "Nzalang" (éclair): la soirée était en  effet surchargée d'électricité. D'abord avec l'ouverture du score d'Akaichi, à la réception d'un centre de  Hamza Mathlouthi et plus prompt que Mbele (70e) pour éteindre le courant. Un  silence de mort, convoquant celui du "Maracanazo" de 1950, plombait le stade de  Bata, jusqu'alors vibrant de quelque 35.000 supporters vêtus de rouge.

Manque de lucidité tunisien

Deuxième coup de théâtre, dans le temps additionnel du temps réglementaire:  c'est là que l'arbitre mauricien Rajindraparsad Seechurn accordait un penalty  (très) litigieux à Bolado qui venait de tomber aux côtés de Hamza Mathlouthi. La délégation tunisienne et le stade explosaient, mais pas de la même  manière, ni pour les mêmes raisons! Et Balboa transformait ce penalty (90e+3),  son deuxième dans le tournoi, pour arracher la prolongation. Le sélectionneur belge de la Tunisie, Georges Leekens, avait spontanément  évoqué l'arbitrage ces derniers jours, en martelant qu'il faisait "confiance à  l'arbitrage", et qu'il avait préparé ses joueurs à toutes les circonstances...

Troisième et dernier coup de théâtre: le coup franc sublime en pleine  lucarne du même Balboa (102e), qui ne souffrait cette fois d'aucune  contestation et plongeait le stade dans une ivresse indescriptible. Et le  défenseur Mbele venait chambrer le banc tunisien et mimer, en dansant, des  coups de chicote. Cette fin de match folle contrastait avec une grosse heure sans occasion  nette ni réelle sensation. Mais le match était déjà engagé, rude, physique, et  les Aigles de Carthage ont mis vingt bonnes minutes pour prendre le contrôle du  jeu, mais sans en profiter. Il y avait du caractère dans cette équipe, mais peu de construction, de  combinaisons, et une manque criant de lucidité dans les derniers mètres.

Les Tunisiens se sont aussi heurtés à l'homme fort du Nzalang nacional, le  gardien Ovono, qui a sorti la reprise d'Akaichi (56e) et effectué des sorties  judicieuses dans les airs et hors de sa surface. Les Equato-Guinéens, eux, n'ont eu qu'une occasion, quand Nsue perdait son  duel face au gardien (83e). Seul Balboa, par sa technique soyeuse et ses feintes de corps, parvenait à  bousculer, un peu, le bloc tunisien, mais sans pouvoir se montrer contondant.  Jusqu'à ce que les circonstances et son talent sur coups de pied arrêtés ne lui  offrent le statut de héros de la nation.

AFP