La Guinée équatoriale élimine le Sénégal

Publié le , modifié le

Favori pour la victoire finale, le Sénégal rentre déjà à la maison. Battus par la Guinée équatoriale dans les arrêts de jeu (1-2), les Lions de la Teranga encaissent un second revers dans cette CAN 2012 tandis que leurs hôtes se hissent en quarts de finale. Ils pourraient être rejoints par la Zambie, tenue en échec par la Libye (2-2).

En inscrivant son but dans les dernières minutes du temps réglementaire, Moussa Sow pensait avoir redonné espoir à tout le peuple sénégalais (1-1, 89e). Mais c'était sans compter sur la ferveur populaire entourant l'équipe de Guinée équatoriale. Devant ses supporters, la Nzalang Nacional ne pouvait en rester là. Victorieuse à la 88e minute face à la Libye en ouverture (1-0), elle a cette fois attendu les arrêts de jeu pour s'impose sur un but de Kily Alvarez (2-1, 90+3) tandis que Randy Iyanga avait ouvert la marque de la tête (1-0, 62e).

Malgré ses stars (Ba, Sow, Cissé, Ndoye), le Sénégal devra encore attendre avant d'inscrire la CAN à son palmarès. L'équipe quitte la compétition après deux revers en autant de matches, faute d'avoir trouvé un collectif.

La Libye et la Zambie dos à dos

Ce match a failli ne jamais avoir lieu ce mercredi. Il fut pourtant le plus prolifique de la CAN 2012 jusque-là. Alors qu'un orage avait frappé le stade de Bata une demi-heure avant le coup d'envoi officiel (17h), la rencontre entre la Libye et la Zambie fut un temps suspendue, éventuellement reportée à jeudi, avant d'avoir bel et bien lieu avec 1h15 de retard. Mais ce léger contretemps n'a pas coupé les jambes zambiennes et libyennes. Sur un terrain à la limite du praticable, complètement détrempé, les deux équipes ont fait le spectacle, malgré les réticences à jouer des entraîneurs. "Ce n'était pas un match de football, c'était du kick and rush", a estimé Hervé Renard, le sélectionneur de la Zambie. "L'équipe qui a le moins de qualités techniques est avantagée sur un terrain comme ça. Il faut lutter dans les airs, ce n'est pas notre foot favori". La Libye a bien cru tenir sa première victoire dans la compétition en inscrivant deux buts au début de chaque période, grâce à deux numéros d'Osman (4e, 48e). Le joueur du Club Africain manquait de peu le triplé en seconde période (70e).

Contraints de jouer rapidement et loin devant tant la pelouse était gorgée d'eau et freinait sans cesse le ballon, les 22 acteurs ne livraient pas une grande prestation technique, mais faisaient montre d'une réelle envie. Et la Zambie, au moral et au mental, recollait par deux fois au score pour arracher un nul mérité tant les Chipolopolos avaient eu la maîtrise du ballon et s'étaient créé les meilleures occasions. Très en vue au premier match, Mayuka a récidivé en égalisant (1-1, 29e) avant d'être imité par son capitaine Katongo en seconde période (2-2, 54e).

"Même si on avait remporté le match, j'aurais été vraiment déçu par la décision de l'arbitre, parce que pour moi le terrain était impraticable", explique le tacticien français des Chipolopolos. "Quand j'ai vu l'état du terrain, je savais que Kalaba, Katongo et Mayuka n'étaient pas des joueurs pour jouer sur un terrain comme ça, qui était une piscine. Nous ne devons pas pleurer, nous respectons la décision de l'arbitre, même si nous pensons qu'elle est très mauvaise".