La côte d'Ivoire sort le Cameroun, le Mali et la Guinée en ballotage

La côte d'Ivoire sort le Cameroun, le Mali et la Guinée en ballotage

Publié le , modifié le

La Côte d'Ivoire s'est qualifiée pour les quarts de finale de la CAN-2015 en battant le Cameroun 1 à 0 à Malabo, tandis que le match Guinée-Mali s'étant terminé par un nul 1-1, un tirage au sort désignera le deuxième qualifié.

Avec cinq points, la Côte d'Ivoire termine en tête du groupe D et  affrontera l'Algérie en querts, alors que Maliens et Guinéens sont à égalité  parfaite : trois points, trois buts marqués et trois buts encaissés. Le tirage  au sort aura lieu jeudi, selon la CAF. Le Cameroun, dernier avec deux points, est éliminé. 

Les stars ivoiriennes évitent ainsi la loterie d'un éventuel tirage au sort  en cas d'égalité parfaite avec l'une des autres équipes du groupe D et peuvent  dire un grand merci à Max-Alain Gradel, qui a expédié une magnifique frappe au  fond des filets camerounais (35e) pour propulser les Eléphants dans le Top 8. Les troupes d'Hervé Renard terminent à la première place de la poule et  affronteront en quarts l'Algérie dans un choc qui promet des étincelles,  dimanche dans la capitale de la Guinée équatoriale. Un match qui ne leur  rappellera pas forcément de bons souvenirs puisque les Fennecs les avaient  dominés au même stade de l'épreuve en 2010 en Angola (3-2 a.p.). Une belle  revanche en perspective ?

Pour le Cameroun en revanche, les désillusions s'enchaînent. Absents de la  CAN en 2012 et 2013, les Lions Indomptables avaient totalement sombré au  Mondial-2014 (lourdes défaites contre la Croatie et le Brésil, altercation  entre deux joueurs en plein match, accusations de corruption). Les voilà de retour à la case départ avec un sélectionneur, Volker Finke,  désormais sous très haute pression. Le public a d'ailleurs réclamé dès la pause  la démission du technicien allemand. Quel que soit son avenir, Finke n'est pas responsable des occasions en or  gâchées par Edgar Salli (38e, 45e+2) ou Vincent Aboubakar (80e), qui auraient  peut-être pu inverser le scénario de la rencontre. Le patron de la défense, le Marseillais Nicolas Nkoulou, n'a pas non plus  été impérial, se faisant bousculer par Wilfried Bony, qui a manqué de peu de  doubler la mise (63e).

Guinée et Mali, le sort en décidera

Qui accompagnera les Eléphants en quarts: le Mali 3e des  deux dernières CAN, ou la Guinée qui n'a plus accédé au top 8 continental  depuis 2008 ? Le nom d'une des deux équipes sortira de la boule tirée au sort par la CAF  jeudi dans la capitale équato-guinéenne, remettant au goût du jour une pratique  rare et dont la dernière occurrence remonte à 1988. En attendant d'être éventuellement soulagés, les regrets étaient maliens:  les Aigles ont surmonté le penalty de Constant (16e) par l'égalisation de Maïga  (47e) et ont largement dominé les débats. Ils se sont créé l'essentiel des occasions, notamment par Diaby (3e, 7e) et  Maïga (34e). Le premier a centré pour la tête égalisatrice du second (47e).

Le match a connu cinq minutes de folie autour de la fin du premier quart  d'heure, une histoire de penalties sous forme d'aller-retour d'une équipe à  l'autre, initiée par le penalty réclamé en vain par Mustapha Yatabaré pour une  poussette dans le dos (13e). Puis, le capitaine adverse Ibrahima Traoré, qui a vu sa frappe repoussée  par la main de Salif Coulibaly, réclame un penalty. L'arbitre hésite de longues  secondes et finit par l'accorder, et Constant le transforme (16e). Et dans la foulée, Maïga tire dans la main de Fode Camara: penalty pour le  Mali ! Son capitaine Seydou Keita s'élance et... le rate, une frappe trop molle  et dans l'axe aisée pour Yattara (18e). Alors jeudi, à qui les regrets, à qui le ouf de soulagement ? Le sort en  décidera.

AFP