Gourcuff
Christian Gourcuff, nouvel entraîneur des Fennecs. | JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP

Gourcuff: "S'estimer favori serait manquer de respect aux adversaires"

Publié le , modifié le

Christian Gourcuff, le sélectionneur de l'Algérie qui lance sa CAN 2015 contre l'Afrique du Sud lundi à Mongomo, relativise le statut de favori de son équipe, qui revient à "manquer de respect aux adversaires".

Dans quel état d'esprit sont le groupe et vous-même ?
Christian Gourcuff: "Les joueurs sont prêts, ils ont eu une préparation avec différentes  étapes et sont montés en puissance dans la concentration. Ca fait quelques mois  qu'on travaille ensemble, les joueurs arrivent avec un état d'esprit où ils  savent ce qu'ils doivent faire. Personnellement, j'ai eu le temps de me  préparer, il y a eu les qualifications et la découverte de l'Afrique. Ce qui  change, c'est qu'une phase finale s'inscrit dans un contexte plus organisé.  C'est aussi pour ce challenge que je suis venu ici. L'équipe est intéressante  dans la qualité et l'investissement, je suis très content de ce choix".
   
Comment gérez-vous la pression du statut de favori ?
CG: "La pression est celle de la compétition. Dans le foot, il y a des  choses qu'on maîtrise et d'autres qu'on ne maîtrise pas. On a essayé de  maîtriser le maximum de choses, et on ne se préoccupe pas de savoir si on est  favori ou pas. Ce serait manquer de respect vis-à-vis de l'Afrique du Sud et  des autres adversaires de s'estimer favori. On est concentré sur le foot, le  travail, le jeu collectif, l'ambition des joueurs. Il ne faut pas se perdre  dans les bavardages ou dans d'autres choses qu'on ne maîtrise pas. Il y a seize  équipes qui veulent gagner la CAN, quand on s'engage dans une compétition c'est  pour la gagner, on est comme les autres équipes".
   
 Appréhendez-vous l'arbitrage ?
 CG: "J'ai été quelquefois désagréablement surpris dans des matches en  déplacement, et j'espère que l'arbitrage sera à la hauteur de la compétition.  On subit l'événement, mais il ne faut pas suspecter des choses avant. J'espère  avoir un meilleur arbitrage qu'au Mali" (en qualifications, ndlr).

AFP

CAN