Ballon foot
- | FRANCOIS NASCIMBENI / AFP

Disqualifiée, la Guinée organisera finalement la CAN-2015 !

Publié le , modifié le

Disqualifiée en juillet dernier, la Guinée-Equatoriale se retrouve aujourd'hui pays hôte de la prochaine Coupe d'Afrique des Nations (du 17 janvier au 8 février 2015). La situation est assez cocasse.

On a beau se gratter la tête et essayer de comprendre la situation, il est bien difficile de trouver une logique à cette histoire. Il faut dire qu'en une semaine, il s'en est passé des événements au sein de la Confédération africaine de football (CAF). Après avoir tranché de manière assez brutale l'épineux dossier du report demandé par le Maroc (qui s'est vu à la fois retirer l'organisation et évincé de la compétition), la CAF a cherché toutes les solutions possibles. Déjà improbable, la candidature du Qatar -d'abord qualifiée d'insensée par le vice-président de la Fédération qatarie de football, Saïd al-Mouhannadi- a été toutefois pressentie lorsque le cheikh Hamad Ben Khalifa Ben Ahmed Al-Thani en personne, a assuré que "le Qatar est prêt à apporter toute l'aide qu'on lui demandera officiellement pour accueillir la CAN-2015".

Mais plutôt que de confier l'organisation à un pays non africain, la CAF a sorti de son chapeau une solution plus originale encore: faire appel à une nation disqualifiée ! L'annonce avait été faite en juillet dernier par la plus haute instance du football africain. "L'équipe nationale de la Mauritanie est qualifiée pour le prochain tour des éliminatoires de la CAN 2015 et l'équipe nationale de la Guinée équatoriale est considérée comme éliminée", pouvait-on lire sur son site internet. Après des réserves déposées par la Mauritanie, la CAF avait considéré que la Guinée avait notamment aligné un joueur non éligible, le 17 mai à Nouakchott lors du 1er tour aller des qualifications. Ainsi, Thierry Fidieu Tazemeta qui est d'origine camerounaise, mais qui possède un passeport de la Guinée équatoriale n'aurait pas dû jouer...

Seulement deux stades aux normes

Fidieu Tazemeta qui avait déjà joué précédemment pour le Cameroun ne pouvait jouer pour la sélection de Guinée équatoriale, car la Fédération équatoguinéenne de football (Féguifut) n'avait pas adressé une demande écrite et motivée auprès de la Commission du statut des joueurs de la Fifa pour obtenir le changement de sélection du joueur. La Guinée-équatoriale qui avait perdu 1-0 à l'aller en Mauritanie, avait décroché sa qualification pour le tour suivant en l'emportant 3-0 au match retour.

Le Maroc ayant été évincé par la CAF, il restait une place à proposer. Après les refus de l'Angola, de l'Afrique du Sud et du Ghana d'organiser la plus grande compétition sportive du continent africain, les dirigeants de la CAF ont donc trouvé judicieux d'offrir à la Guinée-équatoriale à la fois l'organisation, et la place manquante. Il reste à savoir le détail de l'accord conclu entre les dirigeants guinéens et ceux de la Confédération africaine, sachant que seulement deux stades répondent aux normes de la Fifa pour accueillir un tel événement. La Guinée avait bien organisé la CAN en 2012, mais elle l'avait fait conjointement avec le Gabon. A deux mois de l'évènement, de nombreuses autres questions comme celle de l'hébergement ou des liaisons aériennes risquent de rester trop longtemps sans réponse.

Romain Bonte

CAN