Yaya Touré et Adebayor lors de Togo - Côte d'Ivoire
Duel 100% Premier League entre le capitaine du Togo, Emmanuel Adebayor, et l'Ivoirien Yaya Touré | AFP - ALEXANDER JOE

CAN: La Côte d'Ivoire arrache la victoire sur le Togo

Publié le , modifié le

Dans le premier match du groupe D de la Coupe d'Afrique des Nations, les Ivoiriens ont arraché la victoire (2-1) sur le Togo grâce à un but de Gervinho en toute fin de match (89e). Faisant parti des favoris, la Côté d'Ivoire démarre bien. Grâce à un but dans le temps additionnel de Msakni, la Tunisie a battu l'Algérie (1-0) dans l'autre match du jour.

Tous les résultats de la Coupe d'Afrique des Nations

Yaya Touré aurait pu être le héros de la première rencontre du groupe D. Elu meilleur joueur africain de la précédente saison, le milieu de terrain de Manchester City a été le premier buteur, en voyant son tir, dévié par un défenseur, finir au fond des filets (8e). Quelques minutes après, il n'a pas eu la même réussite sur se demi-volée depuis les 18m, qui a heurté de plein fouet le poteau d'Agassa. Finalement, au bout du suspense et d'un match haletant, il a laissé la tenue de héros au joueur d'Arsenal, Gervinho, non sans lui offrir, sur coup franc, le ballon de la victoire à la 88e minute. L'ancien Lillois a bien profité d'une énorme bévue du portier togolais, dont la sortie aérienne lui a ouvert le chemin du but au deuxième poteau. 

Mais les Ivoiriens ont beaucoup souffert pour obtenir ce succès. Dès la 2e minute, Emmanuel Adebayor ratait pratiquement l'immanquable, en récupérant le ballon sur une passe de Kolo Touré totalement pour son gardien. Mais le capitaine togolais, seul devant le gardien, préférait tenter le crochet plutôt que de taper directement. Un mauvais choix et Copa, le portier ivoirien, parvenait à dévier de peu le ballon. Le Togo revenait néanmoins au score dans le temps additionnel de la 1ère période, sur un but de Jonathan Ayité, suite à un corner (45e+2). Et en deuxième période, l'équipe de Didier Six inscrivait un deuxième but, par Nibombé sur corner, mais l'arbitre l'invalidait, car le coup de pied aurait été tiré avant son coup de sifflet. Et dans le temps additionnel de la 2e période, les Togolais étaient tout près de rééditer leur performance sur une louche d'Adebayor, reprise d'une tête plongeante par le deuxième Ayité, Floyd, mais Copa effectuait une parade exceptionnelle sur sa ligne pour éviter le match nul à sa formation.

Msakni en pleine lucarne

C'est le deuxième grand héros de la soirée. Une frappe enroulée en pleine lucarne au début du temps additionnel. Voilà comment Youssef Msakni a délivré l'équipe de la Tunisie et tout un peuple pour remporter une victoire importante et de prestige contre le voisin algérien (1-0). Dans un match crispant entre la formation de Halilhodzic et de Trabelsi, le 6e match nul en 8 matches semblait pourtant tendre les bras aux protagonistes. Mais ça, c'était avant cet éclair qui a illuminé le Royal Bofokeng Stadium, et fait taire les supporteurs algériens qui avaient été les plus bruyants jusque-là.

Et ce but a aussi transformé Vahid Halilhodzic en statue. Seul sur son banc, le sélectionneur de l'Algérie est resté prostré sur son banc. Il devait forcément repenser à cette tête de Slimani qui avait heurté la barre transversale en 1ère période. Ou ces occasions qui n'ont pas fini dans les filets, sur des frappes lointaines, alors que la Tunisie a beaucoup attendu les contres, la plus grosse occasion étant ce duel raté par Harbaoui, remplaçant de Jemaa dès la 16e minute, en 2e période. L'ancien entraîneur du PSG sait que cette défaite condamne pratiquement son équipe, dans ce groupe D où la Côte-d'Ivoire est grande favorite. Si elle veut poursuivre son chemin, elle devra sortir deux énormes exploits.

Réactions

Sabri Lamouchi  (sélectionneur de la Côte d'Ivoire): "C'est un soulagement, il n'y a que la  victoire qui compte. Je m'attarderai un peu plus sur la prestation, avec un peu  de recul, qui a été loin d'être la meilleure; je dirais même que c'était la  pire depuis que suis à la tête de la sélection. On a vu dans cette CAN que le  premier match était difficile, mais je ne m'attendais pas à un match aussi  compliqué de notre part. On a commis beaucoup d'erreurs techniques, défensives.  La chaleur y est peut-être pour quelque chose, les joueurs ont peu couru. Mais  ne soyons pas médisants, je suis content de la victoire, même si je ne suis pas  certain qu'on la mérite. Je sais que l'équipe lors du prochain match ne pourra  pas reproduire une telle prestation".

Didier Six  (sélectionneur du Togo): "Je n'ai pas grand-chose à dire, et si je disais  quelque chose, je serais faux-cul. Je pense que mon équipe méritait mieux que  ça. Il y a des règles qui n'ont pas été respectée dans le football.

Sami Trabelsi  (sélectionneur de la Tunisie): "C'est un sentiment de joie. C'était un match  très disputé, les deux équipes n'ont pas démérité. On y a cru plus que  l'Algérie peut-être par moments, on n'a jamais douté. On avait dit aux joueurs  que pour gagner des matches de ce calibre, il fallait être patients et rester  concentrés. On a vu dans ce tournoi que la majorité des matches se décidaient à  la 90e, 91e minute. Peut-être qu'en première mi-temps on a eu un déséquilibre  dans le milieu, on n'a pas eu la maîtrise technique qui est d'habitude notre  point fort, mais on a rectifié le tir. La sortie de Jemaa nous a enlevé de la  profondeur. L'équipe qui a résisté jusqu'au bout, qui y a cru jusqu'au bout,  c'est l'équipe qui a gagné. On a essayé de réintégrer deux joueurs offensifs,  on a senti le coup. On a pris quelques risques, eux aussi quand ils ont fait  rentrer Soudani, ils avaient quatre joueurs offensifs. Le match pouvait  basculer d'un côté ou de l'autre, heureusement il a basculé du nôtre".

Vahid Halilhodzic  (sélectionneur de l'Algérie): "C'est une énorme déception pour moi et mes  joueurs. Est-ce qu'on mérite cette défaite, je ne sais pas. Je ne peux  reprocher à aucun des joueurs leur prestation ce soir. Ce but arrivé à la fin  est cruel, mais c'est le football. Deux tirs de l'adversaire, et un dedans...  Mon équipe a beaucoup dominé et s'est créée beaucoup d'occasions. Ils ont eu la  réussite. A la mi-temps, j'ai dit à mes joueurs: 'Attention les gars, le N.7 peut nous faire mal avec son pied droit. Il va dribbler à droite et frapper'.  On a été un peu naïf par moments, pourquoi ne pas faire faute tout de suite  quand il a dribblé? Je ne comprends pas la décision de l'arbitrage sur la faute  sur Feghouli: si ce n'est pas carton rouge et penalty, je ne connais rien au  foot. Pour moi, c'est flagrant. Je ne dis pas que l'arbitrage est la cause de  notre défaite; ma subjectivité me dit aussi que mon équipe ne mérite pas cette  défaite. Il reste encore deux matches, l'espoir existe. L'autre espoir, c'est  notre qualité de jeu. Je n'ai vu aucune autre équipe créer du jeu et des  occasions comme nous, mais la réussite nous a manqué".