Pierre Aymeric Aubameyang Charles Kaboré
Pierre Aymeric Aubameyang en duel avec Charles Kaboré | GABRIEL BOUYS / AFP

CAN-2017: Le Gabon neutralisé par le Burkina Faso

Publié le , modifié le

Le pays organisateur de la Coupe d"Afrique des Nations, le Gabon, s'est mis un peu plus en difficulté en concédant un nouveau match nul (1-1) contre le Burkina Faso. L'équipe de Pierre-Emeryck Aubameyang jouera sa tête dans un derby chaud et décisif d'Afrique Centrale contre le Cameroun, dimanche, alors que les Lions Indomptables peuvent s'emparer de la 1re place face à la Guinée-Bissau ce soir.

Seul à la pointe de l'attaque gabonaise dans ce match rugueux, Pierre-Emerick Aubameyang a passé une bonne partie de la première mi-temps entouré des deux défenseurs burkinabé chargés de sa surveillance rapprochée. Comme samedi contre la Guinée-Bissau, le stade se remplissait encore au coup d'envoi. Dommage pour les retardataires car les Panthères ont donné le meilleur de leur âme dans le premier quart d'heure marqué par une frappe de Denis Bouanga sur la tranversale trop mollement reprise de la tête par "Auba".

Alors que le Gabon aurait pu mener 2-0 face à un Burkina inexistant, il a suffi d'un contre pour inverser le cours du jeu. Le défenseur gabonais de Troyes Johan Serge Obiang a perdu son duel aérien avec Nakoulma entré en cours de jeu, qui s'est fait un devoir de glisser le ballon dans les filets malgré le retour d'Obiang et d'un autre défenseur (22). Ce n'était pas son jour: Obiang est sorti blessé alors que le Burkina commençait à prendre ses aises sur la pelouse du stade de l'Amitié. Et c'est sur un nouveau contre qu'Aubameyang put enfin signer une première pointe de vitesse sur un ballon en profondeur, avant d'être fauché par le gardien burkinabé. Pénalty et carton jaune indiscutable. "Auba" signe son deuxième but d'un contre-pied (38).

En deuxième mi-temps, les quelque 35.000 spectateurs ont davantage compté les mouvements de civières et les arrêts de jeu que les occasions de buts. Nommé légitimement homme du match, Bouanga (Tours) a été le symbole d'un Gabon combattif mais maladroit en fin de rencontre avec une reprise sur une tête d'Aubameyang et un centre à l'arraché qui n'a trouvé personne.

AFP