CAN Côte d'Ivoire joie
La joie de la Côte d'Ivoire | AFP - Issouf Sanogo

CAN 2015 : Ouattara donne plus de 90.000 euros de primes à chaque vainqueur ivoirien

Publié le , modifié le

Les 23 footballeurs ivoiriens, vainqueurs de la Coupe d'Afrique des nations, ont reçu chacun pour plus de 90.000 euros de primes d'Alassane Ouattara, le président de la Côte d'Ivoire, a indiqué mardi le ministère des sports.

Le sélectionneur français Hervé Renard, invité mardi au palais  présidentiel, a reçu le bonus le plus élevé: plus de 114.000 euros. Ses joueurs  en sont repartis propriétaires d'une villa à 46.000 euros et de la même somme  "en espèces", selon le ministre des Sports Alain Lobognon. "Grâce à vous, la Côte d'Ivoire est rassemblée à nouveau", a déclaré le  Président Alassane Ouattara, qui a longuement insisté sur le sentiment d'unité  nationale suscité par le titre.  "Vous avez réussi à reconstruire une équipe unie et solidaire qui n'a qu'un  seul objectif: gagner et gagner encore. C'est une leçon de rassemblement", a  poursuivi le chef de l'Etat.

 "Cela fait près d'un quart de siècle que nous en rêvions (dernier titre en  1992), mais maintenant cette Coupe est bien là. Et maintenant, jamais deux sans  trois !", s'est exclamé M. Ouattara, faisant allusion à la prochaine CAN qui  aura lieu dans deux ans. L'ensemble de la sélection a également été décorée du titre de chevalier de  l'Ordre national. Les frères Touré, Copa Barry et Siaka Tiéné, déjà distingués  par le passé ont été promus officiers de l'Ordre national, tout comme Renard.  La Fédération ivoirienne de football a en outre hérité d'une enveloppe de  380.000 euros. Le staff technique et administratif se partagera 460.000 euros,  pour un total d'environ 3 millions d'euros offerts par le chef d'Etat ivoirien.

La Banque mondiale s'inquiétait en novembre du niveau de pauvreté  "inquiétant" en Côte d'Ivoire, malgré "le potentiel énorme" dont dispose le  pays. Près d'un Ivoirien sur deux est considéré comme "pauvre", selon des  chiffres officiels. Le pays est par ailleurs classé par l'ONU 171e en termes d'indice de  développement humain en 2014 sur 187 pays en raisons de faiblesses médicales et  éducatives structurelles.