L'OL face au PSG
Camille Abily à la lutte | MAXPPP - PQR - LE PROGRES - STEPHANE GUIOCHON

Camille Abily, symbole du football féminin français en plein essor

Publié le , modifié le

Le choc de la D1 féminine entre le PSG et Lyon (18h45 en direct sur France 4 et francetvsport.fr) est toujours un sommet. Une affiche pour ouvrir "les 4 saisons du sport féminin", et voir quelques-unes des meilleures joueuses de France. Dont Camille Abily, qui a l'un des plus beaux palmarès du football féminin français. Dix fois championne de France (deux avec Montpellier, huit avec Lyon), championne des Etats-Unis (avec le FC Gold Pride en 2010), deux fois victorieuse de la Ligue des Champions (avec Lyon), la joueuse du milieu de terrain dispose d'une belle technique, d'un énorme sens tactique et ne rechigne pas à travailler pour le collectif.

PSG - Lyon en direct sur France 4 et francetvsport.fr dès 18h45

Loin derrière Marinette Pichon, première joueuse française à évoluer dans le championnat professionnel nord-américain, Camille Abily a aussi vécu son rêve américain. C'était lors de la saison 2009-2010. A l'époque, l'équipe de France venait juste de réaliser son premier fait d'arme d'importance, en se hissant en quarts de finale du championnat d'Europe pour la première fois de son histoire. Elle a alors décidé de quitter l'OL, rejoint trois saisons auparavant en provenance de Montpellier qu'elle a mené jusqu'au titre national (2004 et 2005). Direction Los Angeles. Puis, la saison suivante, après une place de finaliste dans cette nouvelle ligue féminine, cap vers Santa Clara et le club du Football Club Gold Pride où elle décroche le titre.

Ce n'est pas un hasard si ces deux dates coïncident. Avec une génération montante composée de Sonia Bompastor (elle-aussi partie aux USA au même moment), Gaëtane Thiney, Louisa Necib et autres Laura Georges (partie elle entre 2004 et 2007 aux Boston College Eagles), la France dispose de perles du ballon rond. Et Camille Abily y prend toute sa place. Le N.10 dans le dos, elle n'est pas vraiment une meneuse de jeu à la Platini. Certes, elle a la vista et une technique presque irréprochables. Mais la Rennaise de naissance a une impressionnante activité sur le terrain. Revenant volontiers en défense pour prêter main forte à ses coéquipières, elle se démultiplie en attaque pour trouver les brèches dans les défenses adverses.

Lire aussi le long format: "J'ai rêvé d'être footballeuse"

 A 31 ans, elle court encore après un honneur qu'elle a souvent frôlé, jamais touché: un podium en équipe de France. Après le quart de finale de l'Euro-2009, la France est passé à deux doigts de la médaille lors du Mondial-2011, échouant à la 4e place comme l'année suivante lors de sa première participation aux Jeux Olympiques, à Londres, avant de s'arrêter encore en quarts à l'Euro-2013. A la clé, une augmentation franche du nombre de licenciées féminines, et une médiatisation accrue de la discipline.

Sous la houlette de Philippe Bergeroo, qui était dans l'encadrement de l'équipe de France masculine lors du sacre mondial en 1998, les Bleues rêvent maintenant d'atteindre leur nirvana à Rio. Sous le regard du Christ Rédempteur au sommet du Corcovado, elles aspirent à faire grimper la France sur le podium olympique. Voire décrocher l'or. Pour Camille Abily, ce serait une juste récompense de tous ses efforts, elle qui est la plus capée des joueuses tricolores avec 158 sélections. 

Thierry Tazé-Bernard @thierrytaze