Ça s'est passé un 10 mai 1969, la naissance de Dennis Bergkamp, ce footballeur qui avait peur de l'avion

Publié le , modifié le

Auteur·e : Antoine Limoge
Dennis Bergkamp

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Ce 10 mai Dennis Bergkamp fête ses 51 printemps. L'un des plus beaux palmarès du football néerlandais restera à jamais une légende d'Arsenal. Un style de jeu atypique, une carrière de haut niveau et des buts légendaires, Bergkamp est un joueur qui a marqué son époque de son empreinte. Son anniversaire est l'occasion de se pencher sur une facette beaucoup moins connue de l'Hollandais, sa peur de l'avion qui l'a lourdement handicapé pendant toute sa carrière.

Dennis Bergkamp fait partie d'une catégorie de joueurs en voie de disparition aujourd'hui. Élégant et raffiné, le Hollandais était à la fois un buteur et un numéro 10, un sacré mélange qui a fait des ravages tout le long de sa carrière. Entre l'Ajax Amsterdam, Arsenal mais aussi l'Inter Milan, il a tutoyé les sommets du football européen marquant notamment le club anglais de son empreinte. Il est d'ailleurs le seul joueur, avec Thierry Henry, à avoir sa statue devant le stade des Gunners. Pour les plus jeunes, afin de se rendre compte réellement du niveau de Bergkamp il suffit juste de regarder les propos de son ancien coéquipier français. "Dennis restera le meilleur coéquipier que je n'ai jamais eu", déclare Thierry Henry lorsqu'on lui demande de décrire le Néerlandais. Plutôt flatteur venant de l'attaquant tricolore qui a côtoyé les plus grands noms du ballon rond notamment Lionel Messi, ZidaneRonaldinho ou encore Iniesta. 

Une phobie de l'avion à partir de la Coupe du Monde 1994

Les plus grands joueurs ont parfois de merveilleuses faiblesses. Dennis Bergkamp est donc une star du football dans les années 90 et au début des années 2000. Mais on peut n'avoir peur de personne sur un terrain mais avoir des phobies à côté. David Beckam avait peur des grenouilles, Bergkamp, lui, avait peur de l'avion. En effet, il souffrait d'aérodromophobie. Cette peur apparaît lors de la Coupe du Monde 1994 qu'il dispute avec les Pays-Bas. Lors du vol pour les Etats-Unis une alerte à la bombe ainsi qu'une multitude de trous d'air ont raison du courage de l'attaquant néerlandais. Sa peur étant trop importante il décide dorénavant de ne plus atteindre les nuages. Une décision exceptionnelle et jamais vue dans l'histoire du football au vu des très nombreux déplacements qu'il doit faire. Lors de sa signature pour Arsenal lors de la saison 1995, le joueur, âgé de 26 ans, négocie une clause dans son contrat stipulant qu'il ne pouvait être forcé à monter dans un avion. 

Dennis Bergkamp hérite du surnom "Non-Flying Dutchman", comprenez le Hollandais Non Volant en référence bien entendu à son prédécesseur en sélection le légendaire Johan Cruyff. Désormais il doit s'adapter pour disputer les matchs à l'extérieur. Pour se rendre à l'étranger, il quitte parfois ses coéquipiers jusqu'à deux jours en avance pour avoir le temps d'arriver.

Le joueur, qui a fait ses gammes à l'Ajax, utilise donc le train voire même la voiture dans certaines situations. Lors de la saison 1999-2000, Dennis Bergkamp et Arsenal affrontent l'équipe italienne de la Fiorentina en phases de poules de la Ligue des Champions. Arsène Wenger ne veut absolument pas se passer de son talent hollandais pour ce match important et décide avec son joueur du trajet qu'il effectuera pour rallier la Botte. Le trentenaire à l'époque se lance alors dans un périple à bord de son véhicule pour sillonner les routes françaises et rejoint Florence après 1500 kilomètres et plus de 20 heures de trajet. Pas la meilleure préparation avant un match de haut niveau. Mais Wenger prend le risque. "Quand Bergkamp n'est pas là il nous manque grandement. Voyager sur route pour lui sera très fatiguant mais c'est comme ça. S'il fait le trajet, je ne le mettrais pas sur le banc", déclare même l'Alsacien quelques jours avant la rencontre. 

Finalement Dennis Bergkamp ne permet pas aux Gunners de s'imposer de l'autre côté des Alpes et Arsenal terminera troisième de son groupe en Ligue des champions. Le club de Londres domine Outre-Manche mais ne parvient pas à exploiter son plein potentiel dans la plus prestigieuse des compétitions européennes. Wenger reconnaît l'importance de son artilleur néerlandais mais reconnait que physiquement, c'est une situation compliquée à gérer. "Au vu de son importance, je ne peux pas le mettre de côté lors d'un match de Premier League pour qu'il soit opérationnel en Coupe d'Europe", regrette le technicien d'Arsenal. 

Une phobie qui provoque la fin de sa carrière internationale ? 

Dennis Bergkamp arrive malgré ce handicap a être performant physiquement durant toute les rencontres. Même s'il ne remportera jamais la Ligue des Champions et la Coupe du monde, le " Non Hollandais Volant" se forge un palmarès impressionnant notamment sous les couleurs des Gunners avec 3 titres de champions à la clé. Mais la légende du natif d'Amsterdam se crée aussi avec sa sélection nationale. Son but en quarts de finale de la Coupe du Monde 1998 contre l'Argentine est dans toutes les mémoires. Un contrôle magique suivi d'une volée surpuissante qui finit sous la barre du portier argentin et il n'en fallait pas plus pour faire chavirer tous les Bataves. Mais c'est finalement sur ses performances avec les Pays Bas que sa peur de l'avion va avoir des conséquences. 

La Coupe du Monde 2022 est prévue en Asie, du côté du Japon et de la Corée du Sud. La sélection néerlandaise sort de deux désillusions avec deux éliminations aux tirs aux buts et en demi finales, contre le Brésil à la Coupe du Monde et face à l'Italie à l'Euro 2000. Dennis Bergkamp et les siens ont donc une revanche à prendre. Mais le joueur d'Arsenal va finalement mettre un terme à sa carrière internationale après l'Euro, contre toute-attente. L'une des justifications se trouverait dans la localisation asiatique de la Coupe du Monde puisque inatteignable par un autre moyen que par les airs. Et la peur du joueur est chronique et de plus importante. Il a toujours démenti cette information mais rien n'est moins sûr. La peur fait prendre des décisions irrévocables. 

"Le Non Hollandais Volant" restera à jamais un joueur à part dans le football de l'ère moderne. Un mélange raffiné de talent à l'état pur, de classe et d'élégance sur le terrain. Un joueur à la Riquelme, à la Zidane mais qui disparaît au fil des années. Un joueur qui malgré la pression des résultats était prêt à faire 1500 kilomètres en voiture pour défendre les couleurs de son équipe. Dennis Bergkamp aura marqué le football par son jeu, sa mentalité, et cette phobie si particulière. 

Antoine Limoge