Braga joie collective Matheus Ligue Champions 08 2010
Le bonheur des Portugais de Braga | AFP - Cristina Quicler

Braga s'offre Seville, le miracle du Werder

Publié le , modifié le

Les Portugais de Braga, vainqueurs à Seville (4-3) dans un match complètement fou avec pas moins de quatre buts dans les dix dernières minutes, se sont qualifiés pour le tour principal de la Ligue des Champions. Ce revers des Espagnols place, indirectement, Lyon dans le 1er chapeau pour le tirage au sort des groupes. Autre match fou entre la Sampdoria et le Werder, qui se qualifie en prolongations (2-3).

C'était l'un des matches-phares de la soirée. Entre Braga et Seville, le match aller n'avait laissé qu'un but d'écart, à l'avantage des Portugais. Mais le match retour se déroulait dans l'antre des Sevillans, à Pizjuan. Et dans un match extrêmement tendu, où les simulations ont parfois laissé place à des contacts plus que limites, ce sont les joueurs de Braga qui ont fait la différence les premiers. Un but de Matheus (31e), puis un de Lima (58e) avaient donné un bon bol d'air frais aux Lusitaniens, qui voyaient néanmoins les Espagnols revenir au score par le Brésilien Luis Fabiano (60e) sur une grosse faute de main du portier adverse, puis par Jesus Navas d'un beau tir croisé (84e). Mais l'espoir d'une qualification s'évanouissait très rapidement puisque Lima ajoutait un troisième but (85e) pour l'équipe portugaise sur le coup d'envoi, puis un quatrième dans le temps additionnel, son troisième personnel. Et si Frédéric Kanouté trouvait lui-aussi le chemin des filets avant la fin de la rencontre pour un quatrième but dans les dix dernières minutes, ce sont bien les Portugais qui remportait ce face-à-face et poursuivaient leur chemin en Ligue des Champions. Une victoire qui intéressait au plus haut point les Lyonnais. Tout heureux d'accueillir Yoann Gourcuff, Jean-Michel Aulas et ses hommes auront en effet la chance d'être inclus dans le chapeau N.1 lors du tirage au sort des groupes, ce qui n'aurait pas pu leur arriver si Seville s'était qualifié. Du coup, les Lyonnais éviteront les grands ténors de la compétition.

Dans l'autre match très attendu, le Werder venait presque à Gênes sereinement. Après la victoire (3-1) du match aller, les hommes de Thomas Schaaf avaient fait un grand pas vers la qualification. Mais ne moins d'un quart-d'heure, les Italiens inversaient la tendance grâce à un doublé de Pazzini (8e, 13e) dont le deuxième est un bijou de reprise de volée. Ces deux buts d'avance donnaient la qualification à la Sampdoria, et Cassano sur une belle "Madjer" ne faisait que la conforter à la 85e minute. Seulement voilà, dans le temps additionnel, Rosenberg égalisait sur l'une des rares actions allemandes (3-1). Tout était donc à refaire, mais la confiance changeait une nouvelle fois de camp pour se réinstaller du côté de Brême. Malgré un match assez terne, l'expérimenté Pizarro était toujours sur le terrain, et heureusement puisqu'il était là pour inscrire un deuxième but (100e), synonyme de la qualification.

Si Gêne et Brême ont évité la séance des tirs au but, ce n'est pas le cas d'Anderlecht et de Belgrade. En Serbie, les deux équipes s'étaient séparées sur un match nul (2-2) qui faisait les affaires des Belges. Mais Cleo, sur un doublé (15e, 53e), renversait la vapeur pour donner un net avantage au partizan (2-0). Lukaku (64e), puis Gillet (71e) ramenaient l'équipe locale et les deux formations ne se départageaient pas lors de la prolongation. Du coup, les tirs au but faisaient le travail, et entre tirs au-dessus, sur le poteau ou arrêtés, c'est Belgrade qui finissait par s'imposer (3-2) sur un dernier raté de Boussoufa. Dans les autres rencontres, l'Hapoël Tel Aviv, tenu en échec 1-1 à domicile par le Red Bull Salzbourg, se qualifie néanmoins grâce à son succès 3-2 à l'aller. Bâle verra aussi les poules. Vainqueurs 1-0 à l'aller des Moldaves de Tiraspol, les Suisses ont récidivé au retour: 3-0.