Boulards d'or, Kurzawa, Eto'o, Anelka
Anelka, Kurzawa et Eto'o sont les trois Boulards d'or désignés par les internautes de l'Equipe.fr | JONATHAN NACKSTRAND/KIRILL KUDRYAVTSEV/PUNIT PARANJPE/AFP

Boulards d'or: les footeux trustent les premières places

Publié le , modifié le

Nicolas Anelka, Layvin Kurzawa et Samuel Eto'o sont les lauréats de la première édition des Boulards d'or. Un vote organisé sur l'Equipe.fr pour départager vingt-cinq sportifs désignés par la rédaction du quotidien pour avoir"accompli un acte ou tenu des propos témoignant d’une spectaculaire estime de soi en 2014". Avec quatorze "élus", le football était le mieux représenté et a raflé les titres dans les trois catégories "Meilleur Français", "espoir" et "étranger". Près de 200 000 internautes ont participé à l'élection de ces grosses têtes du sport mondial.

Voici une pierre de plus dans le jardin du monde du football. Pour la première édition des Boulards d'or, les footballeurs pro ont été mis à l'honneur. Pourtant, ce trophée ne devrait pas figurer sur leur page Wikipédia. Outre Pascal Martinot-Lagarde, troisième au classement du plus beau melon français pour son magnifique "je suis le meilleur européen" après avoir coupé la ligne en troisième position à Zurich, aucun sportif n'a réussi à les détrôner. Avec quatorze représentants sur les vingt-cinq choisis par l'Equipe pour se disputer ces peu glorieuses distinctions, le ballon rond était en position de force. Pis, dans la catégorie espoirs, seul Alexis Pinturault trouvait grâce autour de Rabiot, Kurzawa, Imbula et N'tep. Pas de traces de Kévin Ménaldo, sûr de pouvoir détrôner Renaud Lavillenie cet été du haut de ses 21 ans...

Kurzawa sur les traces d'Anelka?

Pour son salut militaire chambreur face à la Suède en barrages de qualification pour l'Euro Espoirs, Layvin Kurzawa a remporté le Boulard d'or de la catégorie. Le jeune latéral gauche va regretter longtemps ce moment d'égarement, lui qui a déjà subi les foudres des réseaux sociaux. Mais pour atteindre le niveau de son compatriote Nicolas Anelka, meilleur français à ce petit jeu de l'estime de soi, le Monégasque a encore du chemin. Malgré ses choix de carrière douteux et de nombreux dérapages, l'ancien attaquant international a confié ne rien regretter dans une interview au journal Métro en avril. "Si c'était à faire je recommencerais".

Eto'o et sa leçon à Guardiola sacrés

Enfin, Samuel Eto'o, connu pour parler de lui à la troisième personne est le grand vainqueur étranger de ce concours. Dans un entretien à BeIn Sports, le Camerounais affirmait avoir donné la leçon à Pep Guardiola himself lorsque l'ex-milieu de terrain avait pris place sur le banc du Barça. "J'ai rappelé à Guardiola quand il est arrivé qu'il n'avait jamais été un grand joueur. Je lui ai dit: 'Celui qui te fera gagner, c'est Eto'o'". Pas sûr qu'il ait pris le risque d'en faire autant avec Mourinho à l'Inter Milan. Force est de constater qu'en décrochant la Ligue des champions avec le Barça en 2009 puis l'Inter en 2010, le "Fils" n'avait pas totalement tort.  

Jerome Carrere