Sepp Blatter
L'ancien président de la Fifa, Sepp Blatter | AFP - MICHAEL BUHOLZER

Blatter serait visé par une enquête du FBI

Publié le , modifié le

A peine démissionnaire de son poste de président de la Fifa, Sepp Blatter est rattrapé par les affaires. Si tout le monde se félicite de sa démission, Blatter est loin d'avoir fini de rendre des comptes puisque selon les médias américains, l'homme fait l'objet d'une enquête de la justice américaine dans le cadre du scandale de corruption.

L'étau se resserre inlassablement sur Sepp Blatter. C'est d'abord Jérôme Valcke, son bras-droit qui était mouillé par les scandales de corruption. Accusé d'avoir transféré 10 millions de dollars sur le compte de Jack Warner, le secrétaire général de la Fifa a sans doute précipité la chute de son patron pusique en fin de journée ce mardi, Blatter annonçait sa démission. Il venait pourtant d'être réélu, mais la pression des scandales était trop forte. Pourtant Blatter n'est pas tiré d'affaire, loin s'en faut.

Quelques heures après cette démission surprise, le New York Times affirmait que Blatter avait "tenté depuis des jours de  prendre ses distances vis-à-vis du scandale", mais que les autorités "espèrent obtenir la coopération de certains des responsables de la Fifa inculpés" pour corruption pour resserrer l'étau autour de lui. Le quotidien new-yorkais ainsi qu'ABC News ont fait état d'une enquête du FBI visant directement Sepp Blatter en citant des responsables anonymes des forces de l'ordre ainsi que des sources proches du dossier, mais sans donner de  détails.

Enfin cofondu?

Un porte-parole du FBI s'est refusé à tout commentaire, renvoyant à  l'annonce la semaine dernière par le procureur général Loretta Lynch de l'inculpation de quatorze élus et partenaires de la Fifa. Selon ABC News, Sepp Blatter se trouve dans le collimateur du FBI et de  procureurs américains pour les faits de corruptions et de pots-de-vin qui ont  mené aux arrestations de mercredi dernier. "Au moment où tout le monde est en train d'essayer de sauver sa peau, il y a sûrement une course à celui qui retournera sa veste le premier", a déclaré une source à la chaîne ABC.

"Nous ne sommes peut-être pas en mesure de renverser toute l'organisation, mais il n'y en a peut-être pas besoin", a déclaré une autre source, se référant aux techniques d'interrogatoire qui poussent les accusés à dénoncer leurs  supérieurs. Jusqu'ici, Blatter n'avait pas été directement inquiété par les enquêtes menées aux Etats-Unis et en Suisse sur le scandale de corruption qui ébranle le monde du football et qui porte sur des faits ayant duré plus de 20 ans.

francetv sport @francetvsport