Blatter postule à sa succession

Blatter postule à sa succession

Publié le , modifié le

Joseph Blatter a confirmé qu'il serait candidat à un 5e mandat à la présidence de la Fédération internationale de football.

"J'ai accepté la demande de certaines fédérations de me présenter pour un  5e mandat", a expliqué M. Blatter, 78 ans, à l'issue du comité exécutif de la  Fifa vendredi à Zurich. La candidature du Suisse n'était plus un secret depuis qu'il avait annoncé  dans un message vidéo diffusé le 8 septembre au Soccerex de Manchester,  convention autour du foot-business: "J'en informerai le comité exécutif. C'est  une question de respect de dire à la famille du football: +Oui, je serai prêt,  je serai candidat+". Blatter a donc respecté son calendrier en profitant de la réunion du comité  exécutif, gouvernement mondial du foot de 27 membres (dont lui-même), jeudi et  vendredi au siège de la Fifa à Zurich. L'élection présidentielle à la Fifa se tiendra dans le cadre du Congrès  électif de Zurich le 29 mai 2015. Les candidats ont jusqu'au 29 janvier 2015  pour se déclarer. Blatter n'a pour l'instant aucun adversaire de taille pour contrarier sa  réélection au poste qu'il occupe depuis 1998. La Français Michel Platini, 59 ans, président de l'Union européenne de  football (UEFA), était le seul en mesure de le menacer dans cette élection.  Mais il a annoncé le 28 août qu'il ne briguerait pas la présidence de la Fifa,  préférant se représenter pour un 3e mandat à la tête de l'UEFA.

Champagne, seul candidat déclaré

Pour l'heure, un seul autre candidat s'est déclaré: le Français Jérôme  Champagne, 56 ans, ex-vice secrétaire général de la Fifa, qui n'a, sur le  papier, aucune chance d'être élu. Cet ancien diplomate avait même confié dès le  lancement de sa campagne en janvier 2014 qu'il n'était pas sûr de maintenir sa  candidature si Blatter se présentait officiellement. Mais il a indiqué le 15 septembre sur son compte twitter qu'il avait écrit  au comité électoral de la Fifa pour "confirmer" son "intention de se présenter". Le candidat Blatter ne se cachait plus vraiment depuis le Congrès de la  Fifa à Sao Paulo (Brésil) le 11 juin, quand il avait déclaré à la tribune: "Je  me sens bien, mon mandat va se terminer en mai 2015, mais ma mission n'est pas  finie, je vous le dis, ensemble, nous construirons une nouvelle Fifa, nous  avons le budget pour 2014-18, vous déciderez pour qui voter en 2015, mais je  suis prêt pour vous accompagner dans le futur". Si le Suisse n'avait pas  prononcé la formule "je suis candidat", c'était uniquement pour respecter un  calendrier électoral. Dans sa vidéo de Manchester, Blatter avait répété: "Une mission n'est  jamais finie et la mienne ne l'est pas encore". Et d'ajouter: "Lors du dernier  congrès à Sao Paulo, je n'ai pas eu simplement l'impression d'un soutien, mais  j'ai eu le soutien effectif de l'immense majorité des fédérations nationales  qui m'ont demandé +s'il vous plaît, continuez d'être notre président dans le  futur+". En effet, dans le cadre du congrès à Sao Paulo, Blatter avait fait le tour  des six confédérations qui composent la Fifa (Asie; Afrique; Amériques du Nord,  centrale et Caraïbes; Amérique du Sud; Océanie et Europe). Le Suisse avait en  majorité reçu des signaux positifs, et même des standing ovations face aux  Africains et Asiatiques. En revanche, il avait été vertement tancé par les  Européens. Michael van Praag, président de la fédération néerlandaise, avait  pris le micro pour dire droit dans les yeux à Blatter: "La Fifa est aujourd'hui  indissociable de la corruption (dans son image, ndlr), la Fifa a un président,  vous êtes responsable".

AFP