Blatter Sepp FIFA visage de profil fermé 2010
Sepp Blatter, le président de la FIFA | AFP - Sebastian Derungs

Bin Hammam suspendu, Blatter blanchi

Publié le , modifié le

Le Qatari Mohamed bin Hammam, ancien rival de Sepp Blatter à la présidence de la Fédération internationale de football, a été suspendu de ses fonctions dimanche en raison de soupçons de corruption. En revanche, Sepp Blatter, qui comparaissait comme Bin Hammam devant la commission d'éthique de la Fifa , a été blanchi par cette dernière.

Cette réunion de la commission est intervenue trois jours avant l'élection du prochain président de l'institution pour laquelle Blatter, 75 ans, est désormais seul candidat après le retrait de Bin Hammam. "Je ne souhaite pas commenter dans le détail mais je veux simplement dire que je regrette les événements de ces derniers jours et ces dernières semaines", a déclaré le président de la Fifa . "L'image de la Fifa en a beaucoup souffert." La commission a estimé qu'elle disposait de suffisamment d'élements pour poursuivre l'enquête sur Bin Hammam. Elle a également suspendu de ses fonctions pour les mêmes raisons le vice-président de la Fifa , Jack Warner. Elle a ajouté que les deux hommes devaient toutefois bénéficier de la présomption d'innocence. "La commission a conclu que les responsables impliqués devaient être provisoirement exclus d'une participation active aux activités footballistiques", a déclaré aux journalistes le vice-président de la commission, Petrus Damaseb. "Certains individus ont affirmé que de l'argent avait été versé comme pot-de-vin pour soutenir la candidature de M. Bin Hammam, par l'entremise de Jack Warner", a-t-il ajouté.

Samedi, Mohamed bin Hammam, tout en niant les accusations portées contre lui, a annoncé son retrait de la course à la présidence pour mieux assurer sa défense. L'enquête contre Bin Hammam, président de la puissante Confédération asiatique de football, a été diligentée à la suite d'informations fournies par Chuck Blazer, membre du comité exécutif de la Fifa , sur des "violations possibles du code de l'éthique de la Fifa par des responsables" et des "allégations de corruption" en vue de l'élection du président. Ces informations ont trait à une réunion consacrée en mai à Trinidad et Tobago à la prochaine élection du président, à laquelle assistaient Bin Hammam et Warner, président de la Concacaf, qui regroupe les fédérations d'Amérique du Nord, d'Amérique centrale et des Caraïbes. Deux dirigeants de l'Union caribéenne de football (CFU), Debbie Minguell et Jason Sylvester, auditionnés dimanche par la commission, ont également été suspendus.

La Fifa est plongée dans un autre scandale de corruption présumée depuis l'an dernier. Deux membres du comité exécutif ont été interdits de toute activité liée au football après avoir été piégés par des journalistes leur proposant d'acheter leur voix avant la désignation des pays hôtes des Coupes du monde 2018 et 2022, attribuées finalement à la Russie et au Qatar. Se fondant sur de nouvelles informations du Sunday Times, un député britannique, Damian Collins, a accusé ce mois-ci le Camerounais Issa Hayatou et l'Ivoirien Jacques Anouma, deux autres hauts dirigeants de la Fifa , d'avoir vendu leur vote au Qatar. Le Qatar a formellement démenti ces allégations, de même que les deux responsables incriminés. Damaseb a confirmé que l'élection aurait lieu comme prévu mercredi. Président depuis 1998, Sepp Blatter est présent à la Fifa depuis 1975 et vise un quatrième mandat.