Bergeroo: "Il faudra être patient"

Bergeroo: "Il faudra être patient"

Publié le , modifié le

Le sélectionneur de l'équipe de France dames Philippe Bergeroo a expliqué à l'AFP que ses joueuses devaient se montrer "patientes" face à la Hongrie pour la reprise des qualifications du Mondial-2015, mercredi à Budapest.

Q: Qu'attendez-vous de ce match contre la Hongrie?
R: "Cela fait un moment qu'on ne s'est pas revu avec les filles. Ce match  contre la Hongrie est très important car on n'a que trois points d'avance sur  la Finlande et on ne peut pas se permettre de perdre des points en Hongrie, il  faut qu'on ait nos 3 points d'avance avant d'affronter les Finlandaises (les 13  et 17 septembre, ndlr). Il faut garder beaucoup d'humilité, sachant que c'est  une équipe qui va jouer comme elle l'a fait chez nous (victoire française 4-0,  le 7 mai, ndlr), repliée derrière avec une seule attaquante. On n'avait décanté  la partie qu'à la 39e minute de jeu donc il faudra être patient."

Q: Ce sera un galop d'essai avant les deux matches décisifs contre la  Finlande?
R: "Les filles n'ont pas encore repris le championnat, les Parisiennes ne  sont arrivées que samedi (à Clairefontaine) et on avait donc aussi programmé un  match amical contre les U16 masculins ce jour là. On sait très bien que la  Finlande, ce sera une autre équipe, elle arrive souvent à se qualifier pour les  Euros. Sur le plan mental, on est déjà dans cette phase finale et sur notre  objectif, qui est de nous qualifier pour le Mondial. On travaille par  sous-objectif de 3 matches, on essaye de découper la compétition qui a commencé  depuis un an. Notre but c'est d'avoir trois points en Hongrie puis d'aller  gagner en Finlande, sans que ce soit présomptueux."

Q: Quel bilan tirez-vous de la tournée de juin en Guyane et des trois  matches contre deux grandes nations, les Etats-Unis et le Brésil?
R: "J'ai toujours souhaité jouer de plus grosses nations, pour savoir où on  en était par rapport aux Etats-Unis, une nation invaincue depuis 11 ans à  domicile, 1re au classement Fifa. On n'était pas trop loin de faire match nul  la première fois (défaite 1-0 au final, ndlr) et lors du 2e match contre les  USA, on était tout près de la victoire (2-2, ndlr). C'était assez enrichissant,  on est à 61.000 licenciées et eux à 5 millions chez les filles. Contre le  Brésil, je ne pouvais pas faire jouer les Parisiennes et les Lyonnaises  (concernées par la finale de la Coupe de France, ndlr) et on a eu une exclusion  avec Wendie Renard. On a quand même réussi à garder le résultat à dix contre  onze (0-0, ndlr). C'était parfait pour s'étalonner. On retrouvera les USA en  février puis les Allemandes et les Anglaises en amical et on fait le forcing  pour faire le tournoi de l'Algarve, le tournoi le plus coté sur le plan  mondial, qui aura lieu en mars."

AFP