Dimitar Berbatov
Le Bulgare Dimitar Berbatov | AFP - VALERY HACHE

Berbatov dans la peau du leader

Publié le , modifié le

Promu leader d’attaque de l’AS.Monaco après le départ très médiatique de Radamel Falcao , Dimitar Berbatov attendait avec beaucoup d’envie le premier rendez-vous du club de la Principauté avec la Ligue des Champions. C’est que, fort de son vécu, le Bulgare de 33 ans connaît l’intensité et la passion qui règne autour de ce genre de matches. Hélas pour lui, dans une équipe monégasque complètement dominée, sevré de ballons, Berbatov s’est certes montré disponible et a pesé en attaque, mais il n’a pu vraiment se mettre en évidence vers le but adverse. Mais lorsqu’il le fit, ce fut pour adresser une passe décisive à Moutinho pour le but de l’ASM.

Peu de munitions

Berbatov avait évidemment beaucoup à apporter car il reste l’un des joueurs les plus expérimentés de cette AS.Monaco, avec Toulalan, Carvalho et Moutinho. Comme eux, Dimitar Berbatov a déjà goûté aux délices de la Champions League…. Avec notamment l’équipe allemande de Leverkusen dont il fut le canonnier en chef durant cinq ans (68 buts en 154 matches). C’est pourquoi ce match était doublement important pour lui, et il espérait montrer la voie à ses coéquipiers.  Mais celui qui impose beaucoup d’intensité à ses coéquipiers et qui se sent désormais investi d’une lourde responsabilité sur le plan offensif, n’a guère eu la possibilité d’être à la finition comme il l’eut sans doute souhaité.

Passeur et vainqueur

Errant comme une âme en peine à la pointe de l‘attaque notamment en première période, Berbatov a trop souvent attendu en vain de bons ballons qui ne sont jamais arrivés. Il rêvait d’une sortie probante pour sa première européenne sur le Rocher, face à son ancienne équipe, il a dû se contenter d’une rencontre compliquée au cours de laquelle il s’est montré trop discret par la force des choses devant un stade à moitié vide. Tous les ingrédients étaient réunis pour qu’il réussisse une grosse performance et devienne le véritable leader d’un collectif qui en manque cruellement. Il rêvait de faire trembler les filets allemands, il n’a pas eu les ballons pour cela. Il a tout de même apporté sa pierre à l’édifice avec cette passe décisive et sur le plan du résultat, ce ne fut pas une mince contribution. Grâce à son réalisme et à ce but qui a réveillé ses couleurs, Monaco a assuré l’essentiel et le Bulgare s’en contentera. 

Si visiblement il manque encore beaucoup de choses à l’ASM pour briller davantage et pour espérer faire une bonne Ligue des Champions, Dimitar Berbatov peut jouer un rôle important pour lui redonner de la confiance : c’est en tout cas ce que l’on attend de lui.

Christian Grégoire