Mourinho et Guardiola
José Mourinho et Pep Guardiola. | PIERRE-PHILIPPE MARCOU-JOSEP LAG / AFP

Bayern-Chelsea : Comme on se retrouve...

Publié le , modifié le

Plus d'un an après la finale de la Ligue des Champions qui opposait Chelsea au Bayern Munich, les deux clubs désormais entrainés par les frères ennemis, José Mourinho et Pep Guardiola, se retrouvent ce soir pour la Supercoupe d'Europe (20h45). Les deux techniciens ayant tout a prouver sous leurs nouvelles couleurs.

Des pontes du coaching, José Mourinho en a maté plus d'un. Sir Alex Ferguson, Benitez et Wenger en Angleterre, Leonardo, Mazzari et Ferrara en Italie, "The Special One" a dompté tout ceux qui ont eu l'audace de se mesurer à lui. Enfin, presque tous.

En 2010, après avoir remporté un "historique" triplé avec l'Inter Milan (championnat - coupe d'Italie - ligue des champions), José Mourinho cède aux sirènes de Florentino Perez et du Real Madrid. Le meilleur entraîneur au monde dans le plus grand club au monde, ça fait saliver. D'aucuns prédisent que le Portugais, avec l'appui d'une puissance financière illimitée, va tout rafler. C'était sans compter sur les embûches semées par celui qui sera sacré meilleur entraîneur de l'année 2011 par la FIFA. Pep Guardiola, satané trouble-fête.

Guardiola, la bête noire de Mourinho

Pour faire simple, le nouvel entraîneur de Chelsea a battu tout le monde, sauf Guardiola.  Entre 2010 et 2012, le Real Madrid se sont affrontés douze fois. Bilan de deux saisons particulièrement fournies en "Clasicos" : cinq victoires pour Guardiola, deux pour Mourinho, et quatre matches nuls. Pour être complet, rajoutons la double-confrontation en demie finale de la LDC en 2010, entre le Barça et l'Inter Milan. Deux victoires des Nerazurri, qui ont propulsé l'équipe entraînée par José Mourinho en finale contre...le Bayern Munich (victoire 2-0).

Quant aux relations entretenues entre les deux hommes, elles ont toujours été houleuses. Guillem Balagué, auteur de la biographie de Guardiola, confie que l’une des raisons qui ont poussé le technicien à quitter le FC Barcelone, n’était autre que le comportement de José Mourinho : "Quand tu parles à Pep et que tu le questionnes sur Mourinho, son attitude et son langage corporel changent. Il se met une carapace. Il n’est pas à l’aise pour parler de Mourinho. Les "Clasicos" ont cessé d’être quelque chose d’agréable pour lui. Pepe a reconnu que Mourinho a réussi ce qu’il voulait : le déstabiliser émotionnellement jusqu’à ce qu’il ne s’amuse plus dans sa profession.". D'ailleurs, l'entraîneur espagnol a de nouveau essuyé les provocations de son meilleur ennemi ces derniers jours :"Le Bayern de Jupp Heynckes était la meilleure équipe d'Europe. Ils ont désormais un nouvel entraîneur et de nouveaux joueurs, et je ne suis pas sûr qu'ils soient toujours aussi bons". Visiblement, Mourinho n’a toujours pas pardonné à Guardiola d’avoir écorché son image de winner.

Ils devront tout gagner

José Mourinho et Pep Guardiola différent sur bien des points. Mais incontestablement, en rejoignant deux équipes qui "squattent" le toit de l’Europe ces deux dernières années, les deux entraîneurs ont démontré qu’ils étaient courageux. La saison dernière, que ce soit en Bundesliga ou en coupe d’Europe, le Bayern Munich a écrasé tous ses concurrents avec une facilité déconcertante. Résultat : un titre de champion d’Allemagne, et une Ligue des Champions. Quant aux Blues, en deux ans, ils réussissent l’exploit de glaner une Ligue des Champions et d’enchaîner avec une Ligue Europa. Débarquer dans un club qui a - quasiment - tout gagné n’est pas chose aisée. Mais ces deux-là ont quelque chose de particulier. Sans doute parce qu’eux mêmes ont déjà tout gagné. 

Jean Charbon