Sergio Batista conférence de presse Argentine 2010
Sergio Batista | AFP PHOTO / Yoshikazu TSUNO

Batista: "Les individualités font souvent gagner les matches"

Publié le , modifié le

Le sélectionneur de l'Argentine Sergio Batista a estimé que les "individualités" faisaient "souvent" la différence et qu'il avait "des joueurs prêts pour cela", vendredi en conférence de presse à la veille du quart de finale de Copa America contre l'Uruguay. "On établit un schéma tactique, on essaie de prévoir les choses, mais ensuite, ce sont souvent les individualités qui font gagner les matches. Nous avons des joueurs prêts pour cela."

Concernant sa principale individualité, Lionel Messi, "chaque adversaire,  chaque entraîneur essaie de voir comment on peut l'arrêter, c'est le meilleur  joueur du monde, a expliqué Batista. Je ne crois pas qu'il y aura un marquage  individuel sur lui, mais ils vont essayer de lui fermer les espaces". De la même manière, l'Argentine  "ne fera pas de marquage individuel. Leurs  attaquants Suarez et Forlan bougent bien, ils font des courses croisées, on va  demander aux défenseurs d'être attentifs. Mais on défendra en zone, et  Mascherano pourra parfois venir les aider".

A propos du match lui-même, Batista a dit : "C'est un clasico du Rio de la  Plata, c'est toujours pareil contre l'Uruguay. Ils nous connaissent bien, et on  les connaît bien. C'est une équipe qui court beaucoup, disciplinée, qui presse  dans tous les secteurs de jeu, avec des attaquants dangereux". "Ils chercheront à marquer rapidement, ils pressent haut, et avec leurs  grosses frappes ça peut être compliqué, a-t-il continué. Ils sont forts sur les  coups de pied arrêtés, on a travaillé pour contrer cela. Ils ont Lugano, Suarez  et Victorino qui sont bons de la tête, et un bon tireur avec Forlan". "On essaiera d'avoir la patience nécessaire, avec la possession de balle et  des occasions, comme contre le Costa Rica, a-t-il avancé. Il ne faudra pas  perdre la tête, mais garder patience. Je dis souvent à mes joueurs qu'il ne  faut pas gagner le match en quatre minutes, à cause de la pression, non, on a  90 minutes pour le remporter". Le sélectionneur aussi estimé qu'un terrain détrempé pouvait "porter  préjudice aux joueurs techniques", mais s'est dit confiant sur le bon état de  la pelouse.

AFP