Bale revit, 20/20 pour Manchester City, la Juventus patine... ce qu'il faut retenir du week-end européen

Publié le , modifié le

Auteur·e : Loris Belin
Gareth Bale
Le Gallois de Tottenham Gareth Bale célèbre son deuxième but contre Burnley en Premier League le 28 février | JULIAN FINNEY / POOL / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Manchester City continue sa promenade de santé en tête de la Premier League, marquée ce week-end par un sacré micmac, mais aussi par le retour au premier plan de Gareth Bale. En Allemagne aussi, on va vite en tête, notamment pour un Bayern Munich qui a retrouvé la marche avant. Tout le contraire de la Juventus Turin en Serie A. Bilan de trois jours de football sur le Vieux Continent.

• On a retrouvé Gareth Bale

Ceux qui ont cru Gareth Bale terminé vont peut-être le regretter. Le Gallois a signé son meilleur match depuis son retour à Tottenham cette saison, et une de ses performances les plus abouties depuis de nombreux mois. L'ancien du Real Madrid a été déterminant dans la victoire facile de Tottenham, bien aidé il est vrai par une équipe de Burnley cruellement apathique dimanche (4-0). Bale a ouvert le score après seulement 67 secondes de jeu, le début d'un récital. De sa transversale splendide pour le but de Harry Kane à sa deuxième réalisation clinique du pied gauche, le joueur de 31 ans a survolé la rencontre par sa classe. Bale est désormais impliqué sur sept buts lors des quatre derniers matches des Spurs et semble avoir retrouvé sa forme et son sourire. "Dans le vestiaire, je prends du plaisir, je suis heureux et cela se voit sur le terrain" s'est réjoui le numéro 9 de Tottenham à la BBC.

 

• Le Bayern dominant, Leipzig renversant : à fortunes diverses, même réussite pour les cadors allemands

Trois passes décisives de Leon Goretzka, doublés de Robert Lewandowski et de Serge Gnabry, premier but de la saison en championnat pour Eric-Maxim Choupo-Moting… Le Bayern Munich avait à cœur de se racheter. Après deux résultats décevants (nul 3-3 contre Bielefeld, défaite 2-1 à Francfort), le leader bavarois n'a pas fait de détail contre Cologne, étrillé 5-1 samedi. Les Munichois ont donné l'exemple au troisième, Wolfsburg, solide vainqueur 2-0 contre le Hertha Berlin, ou encore au Borussia Dortmund (5e), dominateur contre l'Arminia Bielefeld (3-0). Mené 0-2 sur sa pelouse, le dauphin Leipzig a dû cravacher pour rester dans l'allure. Un but dans les dernières secondes d'Alexander Sorloth a sauvé le Rasenball face au Borussia Mönchengladbach. Seul Francfort s'est fait surprendre (2-1 sur la pelouse du Werder Brême) et glisse à trois points du podium.

Serge Gnabry (Bayern Munich), buteur contre Cologne en Bundesliga le 27 février 2021.
Serge Gnabry (Bayern Munich), buteur contre Cologne en Bundesliga le 27 février 2021. © SVEN HOPPE / DPA / DPA PICTURE-ALLIANCE VIA AFP

• Reçu 20/20, City a calmé les ardeurs de West Ham

Manchester City est décidément inarrêtable. La formation de Pep Guardiola a encore une fois fait très fort en signant une vingtième victoire consécutive toutes compétitions confondues. Même West Ham, la seule équipe capable de tenir à peu près la cadence dernièrement, n'a rien pu faire contre les Citizens samedi 27 février (2-1) dans le choc de la 26e journée. Cette fois, les Mancuniens ont fait la différence non pas par leurs nombreux talents offensifs, mais grâce à deux buts de sa charnière centrale Ruben Dias – John Stones, consécutifs à des coups de pied arrêtés. Si Antonio a fait espérer l'équipe de David Moyes, il en fallait plus pour faire trembler Kevin De Bruyne et compagnie. City compte 12 points d'avance sur Manchester United, accroché par Chelsea (0-0) dimanche. West Ham reste dans la course à la C1.

• Les Milanais s'envolent de nouveau, la Vieille Dame toussote

Il reste encore 14 journées en Serie A, de quoi se passer bien des choses. Mais la quête du titre devient de plus en plus difficile pour la Juventus. Le club turinois, malgré un nouveau but de Cristiano Ronaldo, n'a ramené qu'un point de Vérone (1-1) au terme d'une prestation sans grand génie. Les hommes d'Andrea Pirlo n'ont remporté qu'un seul de leurs cinq derniers matches toutes compétitions confondues et le trou est à nouveau fait avec la tête du championnat. L'Inter, vainqueur du Genoa (3-0) possède désormais dix points d'avance sur la Juve. Deuxième à quatre points de son voisin, l'AC Milan a retrouvé la victoire chez la Roma (1-2), malgré une cascade de blessures. Calhanoglu, Rebic et Ibrahimovic sont tous sortis pour des problèmes musculaires. 

• Deux penalties sur le poteau et une énorme polémique : l'après-midi cauchemar pour Brighton

West Bromwich s'est donné un grande respiration en remportant son troisième match de la saison contre Brighton (1-0). Mais ce succès porte surtout le sceau de la contestation et de la frustration pour les visiteurs. Les Seagulls ont dominé la rencontre (70% de possession, 15 tirs à 6) mais ont joué de malchance en manquant deux penalties, une rareté. Pascal Gross et Danny Welbeck ont tous les deux trouvé les montants. Mais la grogne vient surtout d'un but refusé à Lewis Dunk, qui a déjà créé la polémique en Premier League.

Le défenseur central pensait avoir égalisé à la 29e minute sur un coup franc joué rapidement, en filou. Le but a été dans un premier temps refusé, l'arbitre ayant sifflé une deuxième fois avant que le ballon ne passe la ligne. Avant d'être finalement validé… puis de nouveau refusé suite à l'intervention de la VAR après cinq minutes de confusion totale. "C'est gênant, a expliqué le tireur à Sky Sports après la rencontre. C'était une décision atroce. J'ai demandé à l'arbitre si je pouvais frapper, il m'a répondu que oui, j'ai mis le coup franc au fond des filets. Je ne sais même pas en quoi la VAR a à voir là-dedans, c'est l'arbitre principal qui a parlé. Ils peuvent regarder la vidéo autant de fois qu'ils le veulent."