AUXERRE
La joie des Auxerrois | AFP PHOTO / MIGUEL MEDINA

Auxerre se prend à rêver

Publié le , modifié le

Englué dans le ventre mou en Ligue 2, l'AJ Auxerre, en passe de perdre son meilleur joueur, vit une première partie de saison tourmentée. A ce titre, la coupe de la ligue peut constituer pour les Bourguignons une belle bouffée d'oxygène, les tenant éloignés des terrains de l'anti-chambre du championnat en France. Vainqueurs à Lille en 16e (1-0), les Auxerrois voudront renouveller l'exploit à Nantes, ce mardi soir à 20h45 (France 4).

Qu'il semble loin, le temps où l'AJA recevait le Real Madrid et l'AC Milan à l'Abbé Deschamps. En 2010, miraculeusement qualifiés pour le 3e tour préliminaire de la ligue des champions, les Bourguignons triomphent des Russes du Zénith, s'octroyant le luxe de tomber dans le groupe de la "mort" (Milan AC, Real Madrid, Ajax Amsterdam). Trois années plus tard, les travées de l'aire de jeu auxerroise sont vides. Et pour cause : le club désormais entraîné par Bernard Casoni reste empêtré dans le ventre de mou de la Ligue 2, pour la deuxième saison consécutive. 

Aux clubs de Ligue 1 en mal de titres ou à ceux de l'échelle inférieure, la Coupe de la Ligue offre la possibilité de glaner un trophée et d'obtenir une qualification européenne au terme de cinq ou six matches. Auxerre, qui a éliminé Lille à l'issue d'une rencontre besogneuse et laborieuse en octobre dernier (1-0), se prend à rêver. Histoire de sortir du marasme sportif et économique dans lequel est englué l'AJA depuis presque deux saisons. 

Ntep suspendu, mais...

S'il végète actuellement dans l'antichambre de la ligue 1, l'AJ Auxerre n'en reste pas moins un club historique du foot français. Pourtant, elle n'a jamais gagné la coupe de la ligue :  les Bourguignons se sont hissés quatre fois en demi-finale sans réussir à passer ce cap : 1998 contre Bordeaux, 2004 contre Nantes, 2008 contre le Paris SG et 2011 contre Marseille. Pire, l’AJA n’a plus passé les huitièmes de finale ces deux dernières années. 

L'objectif est donc fixé. Cette année, il s'agira de faire mieux et d'atteindre au moins les quarts de finale. Contre les Canaris, Bernard Casoni devra toutefois se passer des services de Paul-Georges Ntep. Auteur de 6 buts en 15 matches à la pointe de l'attaque auxerroise, le jeune international espoir, considéré comme l'un des plus talentueux de sa génération, a annoncé lui-même son départ en janvier sur les réseaux sociaux : "c'est mon dernier match à l'Abbé-Deschamps", déclarait-il en amont de la rencontre contre Niort, vendredi dernier (2-0). Toujours sous contrat avec l'AJ Auxerre, Ntep était de toute façon suspendu pour ce match face à Nantes. 

Haller, la bonne étoile 

Pour pallier à l'absence du jeune joueur formé à l'AJA, "Caso'" pourrait repositionner Frédéric Sammaritano à gauche, et titulariser Souleymane Sawadogo à droite. A moins que Sébastien Haller, 19 ans, soit aligné en pointe et que Lynel Kitambala, habituellement attaquant axial, soit déplacé sur un côté. D'ailleurs, titulariser Haller ne serait peut-être pas une si mauvaise idée : contre Lille, c'est lui qui avait offert la victoire aux Bourguignons (113e), trompant Elana d'un plat du pied droit. Pour le reste des titulaires habituels, Jamel Aït Ben idir, qui soigne une douleur à une cuisse, fera encore bien défaut en milieu de terrain dans le rôle du récupérateur.

A Lille, personne ne les attendait. Les Nantais auront-ils retenu la leçon ? 

Retrouvez en direct le match Nantes - Auxerre

Jean Charbon