Auxerre Niculae Jelen joie collective 03 2010
Le bonheur des Auxerrois | AFP - Jeff Pachoud

Auxerre en ébullition face au Real

Publié le , modifié le

Après sa défaite face à Milan (2-0), l'AJA se prépare à défier une autre grosse cylindrée européenne, le Real Madrid. Le tirage au sort de cette Ligue des Champions n'a pas vraiment été favorable au club bourguignon, mais Auxerre a une certaine expérience des compétitions européennes, et la venue du Real à l'Abbé-Deschamps (à guichets fermés) peut-être l'occasion de créer un bel exploit.

Déjà impressionnés par l'effectif de l'AC Milan lors de la première journée, les hommes de Jean Fernandez le seront tout autant face aux Merengues. Ces derniers seront toutefois privés des services de cinq joueurs clés, Sergio Canales (cheville droite), Raul Albiol (cheville droite), Kaka (genou gauche), Fernando Gago  (genou gauche) et Ezequiel Garay (genou droit). Déjà surpris récemment par des équipes dites plus faibles, les Madrilènes n'ont pas intérêt à prendre cette rencontre à la légère. Alvaro Arbeloa n'hésite pas à dire qu'il s'attend à un match "très  dur" à Auxerre. "Ils ne sont pas dans une bonne période en Championnat de France  mais le fait d'affronter le Real Madrid est sans doute pour eux un événement  très important", a-t-il indiqué dimanche en conférence de presse. "Nous espérons  prendre les trois points", a-t-il toutefois ajouté sereinement.

A la peine en Ligue 1 après un nul (2-2) frustrant face à Sochaux, l'AJA peut voir en cette compétition l'occasion de prendre un bon bol d'air. Cette fois, et pour reprendre une expression chère à un certain Guy Roux, il ne faudra pas "gâcher" les occasions de but. Car en face, Karim Benzema aura les crocs. Jusque-là cantonné à un rôle de remplaçant, l'attaquant français ronge son frein depuis le banc de touche. Selon les dernières déclarations de José Mourinho, Benzema pourrait bel et bien être aligné en terres bourguignonnes. "J'ai beaucoup plus confiance en lui qu'il y a deux mois. Maintenant c'est à moi de lui donner plus de possibilités pour qu'il soit heureux. Il le mérite", a expliqué The Special One.

"Les grandes équipes n'ont pas besoin de beaucoup d'occasions pour marquer", a expliqué Adama Coulibaly. "Le Milan s'en est procuré une ou deux et a réussi à les concrétiser. C'est comme ça, au plus au niveau : on doit en tirer des leçons", a ajouté Coulibaly. "En France, on a vu que Lyon réussissait bien ses matches face au Real", a-t-il rappelé, évoquant l'élimination des Merengues en 8es de finale la saison passée, avec notamment une défaite 1-0 au stade de Gerland. "C'est bien de les recevoir, car nous aurons nos supporteurs derrière nous, avec l'ambiance et tout ça. Ça va nous donner plus de confiance que si c'était à Madrid."

Romain Bonte