Arsenal Partizan Belgrade Samir Nasri Lazevski 12 2010
Samir Nasri (Arsenal) tente de passer en force | AFP - Carl De Souza

Arsenal et la Roma valident leur ticket

Publié le , modifié le

Arsenal et l'AS Rome ont obtenu ce mercredi leur qualification pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions. Les Gunners ont battu le Partizan Belgrade 3-1 tandis que les Romains sont allés chercher un point (1-1) en Roumanie contre Cluj. Les deux clubs terminent respectivement deuxièmes de leur groupe (H et E) derrière le Chakhtior Donetsk et le Bayern Munich (3-0 contre Bâle avec deux buts de Ribéry).

Arsenal fait le boulot

Arsenal s'est qualifié pour les huitièmes de finale en battant 3 à 1 une faible équipe du Partizan Belgrade qui n'a craqué qu'à l'approche du dernier quart d'heure, ce mercredi à Londres. Les "Gunners" ont fait la différence à 17 minutes de la fin grâce à Theo Walcott, bien placé pour reprendre dans un angle fermé un ballon mal repoussé par la défense serbe. Le jeune Anglais venait d'entrer en jeu. Nasri, le meilleur homme du match, a mis son équipe à l'abri cinq minutes plus tard en inscrivant le troisième but grâce à un beau travail du Camerounais Song. Avant cela, les leaders du Championnat d'Angleterre avaient peiné pour imposer leur jeu. C'est grâce à un penalty très généreux pour une faute sur Van Persie, transformé par lui-même, qu'ils avaient pris l'avantage à la demi-heure de jeu, sans s'être créé la moindre occasion nette. Le Néerlandais marquait là son premier but de la saison après avoir manqué les trois premiers mois à cause d'une blessure à une cheville. Après la pause, le jeu des Londoniens est devenu encore plus brouillon, Van Persie ne parvenant pas à faire oublier l'absence de Fabregas. Les supporteurs de l'Emirates Stadium n'ont guère eu que quelques beaux gestes de Nasri sur le côté droit à se mettre sous la dent pendant plus d'une heure. Ils ont commencé à avoir peur lorsque Cleo a égalisé à la 52e minute sur un tir détourné par Squillaci sur une des rares incursions belgradoises aux abords de la surface. Ce but, le deuxième seulement du Partizan dans une phase de groupe où il avait perdu tous ses matches, mettait Arsenal à la merci d'un but de Braga à Donetsk, où les Portugais allaient finalement perdre. Arsenal a assuré l'essentiel mais, à cause de ses défaites à Braga et Donetsk, ne termine qu'à la deuxième place derrière le club ukrainien et risque d'hériter d'un adversaire de gros calibre, du type Barcelone ou Madrid en huitième de finale, contre lequel il devra jouer à un tout autre niveau pour espérer quoi que ce soit.

La Roma assure l'essentiel

L'AS Rome s'est qualifiée mais a concédé le nul dans les dernières minutes au CFR Cluj (1-1), comme elle l'avait fait en championnat samedi au Chievo Vérone. Menant depuis la 21e minute grâce à Marco Borriello, elle s'est laissée rejoindre à la 88e par un but de Lacina Traoré. L'Ivoirien, régulièrement sifflé, a adressé une série de bras d'honneur rageurs à son public après avoir égalisé (88), d'une puissante tête sur un centre d'Emmanuel Culio. La Roma a encore craqué sur la fin, comme face au Chievo (2-2 alors qu'elle menait 2-0). Mais elle s'est qualifiée - un nul lui suffisait - sans dépendre du résultat du FC Bâle, qui de toutes façons a perdu au Bayern. Retombée à la 8e place en championnat d'Italie, à 10 points de l'AC Milan, le leader, la Roma a au moins assuré un de ses objectifs de la saison en atteignant ce tour à élimination directe de la C1. Les 8 millions d'euros promis font aussi du bien pour un club qui doit être vendu début 2011. Le capitaine Francesco Totti qui a clamé qu'il rêvait de lever le trophée, en mai à Wembley, peut continuer à y croire, même si son équipe a des +chances+ d'hériter d'un monstre au tirage au sort (le 17 décembre), Chelsea, le Real Madrid ou Barcelone. Borriello avait chassé les doutes en ouvrant tôt le score (21), exploitant une bonne passe du Brésilien Simplicio, en feu après son doublé dimanche à Vérone. Mais la Roma s'est assoupie. Le gardien roumain Bogdan Lobont, prophète en son pays, a réussi une superbe parade sur... l'attaquant italien de Cluj, Roberto De Zerbi (41). Et Cluj, déjà éliminé de toute compétition européenne, a ensuite dominé. Le Burkinabé Yssouf Koné, trop souvent maladroit, a été sifflé lui aussi par son public pour sa mollesse devant le but. Il n'a pas marqué, et n'a pas pu prendre le même genre de revanche que Traoré...

Ribéry booste le Bayern

Le Bayern Munich, déjà assuré de terminer à la première place du groupe E, a dominé Bâle (3-0) sans parvenir à cacher le désarroi qui l'accable depuis qu'il a perdu quasiment toutes chances en Championnat. Avec cinq victoires et 15 points, le Bayern cuvée 2010-11 a établi un nouveau record pour un club allemand lors de la première phase de la C1.
Mais les Bavarois n'avaient pas vraiment le coeur à fêter cette belle moisson de points à l'image de Franck Ribéry qui est resté dans la retenue après l'ouverture du score (35e).
Le Français venait pourtant sur un service de Diego Contento de marquer son premier but de la saison, mais les dernières semaines et le déroulement de la rencontre jusque là pouvaient expliquer sa réserve. Sans Thomas Kraft dans les buts, le Bayern , relégué à 17 points de Dortmund en Bundesliga après sa défaite contre Schalke 04 (2-0) samedi, aurait en effet pu être mené 2-0, voire 3-0. Le gardien de but qui pourrait succéder à Jörg Butt la saison prochaine si le Bayern renonce à recruter Manuel Neuer, a tenu son équipe à bout de bras en bloquant des tentatives à bout portant de Xherdan Shaqiri (9e), Alexander Frei (30e) et Marco Streller (34e). En deux minutes, par Ribéry et Anatolyi Tymoschuk (37e), l'ogre bavarois assommait le champion de Suisse qui encaissait un 3e but par "Kaiser Franck" (50e), beaucoup plus exubérant dans sa joie, non pas avec ses coéquipiers, mais avec un proche présent en tribunes. Le Bayern , qui sera fixé sur son adversaire le 17 décembre, a maintenant deux mois et demi avant les 8e de finale pour dissiper son blues et trouver cette indispensable solidité défensive qui le fuit depuis août.

Réactions

Arsène Wenger (entraîneur d'Arsenal): "Je pensais que nous avions les ressources pour marquer et qu'ils baisseraient de pied physiquement dans les vingt dernières minutes. J'ai toujours eu confiance dans la qualification, mais en football, on ne sait jamais. C'était un match en demi-teinte pour nous. Nous n'avons pas trouvé la bonne allure, nous avons eu du mal à créer des failles dans leur défense. Nous étions en-dessous de notre vitesse normale. Nos passes n'étaient pas assez incisives. Je ne suis pas complètement satisfait de notre jeu offensif, mais le Partizan a défendu intelligemment."

Louis van Gaal (entraîneur du Bayern Munich, au micro de la chaîne Sky): "Nous nous sommes encore créés beaucoup d'occasions de but, mais Bâle aussi a été dangeureux. Thomas Kraft nous a sauvé la mise en première période, mais nous avons marqué trois buts et je suis très content. Cette victoire nous permet d'emmagasiner de la confiance pour les matches à venir. On peut être fiers de nos cinq victoires dans cette phase de poule, pas beaucoup d'équipes y sont parvenues".

AFP