Les Espoirs français face à l'Islande
Adrien Rabiot aux prises avec les Islandais Aegisson et Jonsson | Maxppp - Stéphane Geufroi

Après la victoire de l'Islande, les Espoirs français mal embarqués

Publié le , modifié le

Après sa victoire contre l'Ecosse (2-0) mercredi, l'Islande s'est emparée de la tête du groupe 3 avec 18 points, autant que la Macédoine, et un de plus que la France. Les trois équipes ont désormais disputé le même nombre de matches et n'en ont plus qu'un chacune au programme. Les tricolores se retrouvent de fait en position délicate pour la qualification pour les phases finales.

Seuls les premiers de chacun des dix groupes et les quatre meilleurs deuxièmes seront qualifiés pour des barrages, ultime obstacle pour se frayer un chemin jusqu'à l'Euro-2017, programmé en juin en Pologne. Pour que la France s'empare de la première place, il faudrait qu'elle gagne mardi à Belfast contre l'Irlande du Nord, tout en espérant que ni la Macédoine ni l'Islande ne s'imposent à domicile, respectivement contre l'Ecosse et l'Ukraine. Si la Macédoine et l'Islande perdaient, la France pourrait se contenter d'un nul car elle a l'avantage dans la différence particulière sur ses deux concurrents en cas d'égalité de points. Si la France devait finir 2e, sa place parmi les barragistes serait donc conditionnée par les résultats des autres groupes. Autant dire que les paramètres pour accrocher la qualification sont particulièrement compliqués. 

Il y a fort à craindre que les jeunes tricolores ne parviennent encore une fois à jouer les premiers rôles. Depuis sa place de demi-finaliste de l'Euro-2006, l'équipe de France Espoirs ne s'est qualifiée à aucun des cinq championnats d'Europe qui ont suivi. Un nouvel échec pourrait sonner le glas de la génération en place et surtout être fatal au sélectionneur Pierre Mankowski, lequel "serait évincé", si l'on en croit la déclaration de Noël  Le Graët, le patron de Fédération française de football (FFF).   

Christian Grégoire