Michel Platini
Michel Platini suspendu à la décision du TAS | FABRICE COFFRINI / AFP

Appel de Platini: le TAS décidera vendredi

Publié le , modifié le

Le Tribunal arbitral du sport décidera d'ici "vendredi au plus tard" de lever ou non la suspension provisoire de 90 jours de toute activité liée au football infligée à Michel Platini. C'est ce a inqué ce tribunal, juridiction indépendante suprême du sport, dans un communiqué publié lundi.

Platini a été suspendu le 8 octobre par la  justice interne de la Fifa, qui lui reproche la somme controversée de 1,8 million  d'euros versée en 2011 par Sepp Blatter, président démissionnaire de la Fifa, également suspendu, pour un travail de conseiller achevé en 2002. Cette suspension, qui court jusqu'au 5 janvier, prive le Français de toute activité dans le football, donc de ses fonctions de président de l'UEFA. Elle gèle aussi sa candidature à la présidence de la Fifa, pour laquelle le scrutin est toujours programmé le 26 février.

Une décision... en attendant la suite 

L'ancien capitaine des Bleus s'accroche donc dans un premier temps au jugement du TAS. Lequel précise dans le communiqué avoir invité les avocats des deux parties à participer à une audience préliminaire mardi, avant donc que la décision définitive soit rendue vendredi. Le Tribunal notamment les derniers éléments d'information rendus publics par la "Journal du Dimanche", selon lesquels une note interne de l'UEFA datant de novembre 1998 révélerait que plusieurs personnes au sommet de la Fifa  étaient au courant de l'existence d'un contrat pour rémunérer Platini sur la base annuelle de 1 M de francs suisses pour un travail effectif. Cela suffira-t-il à blanchi le président de l'UEFA ? 

Une levée de cette suspension n'enlèverait toutefois pas l'épée de Damoclès au-dessus de la tête de Platini. La chambre de jugement de la commission d'éthique de la Fifa devra en effet rendre aussi son verdict sur le fond avant Noël, après l'avoir entendu (entre le 16 et le 18 décembre). Et les juges instructeurs de la Fifa ont requis contre lui la radiation à vie du monde du football. Une levée de sa suspension par le TAS lui permettrait en tout cas sans préjuger de la décision finale de la justice interne de la Fifa, au moins de reprendre ses habits de patron de l'UEFA et de présider le tirage au sort de l'Euro-2016, samedi soir à Paris. Ce serait alors une image forte en symboles pour celui qui souleva le trophée de l'Euro-1984 dans cette ville à la tête de l'équipe de France, et qui fut réélu président de l'UEFA par acclamation dans la capitale  française en 2011.

Christian Grégoire