Christian Eriksen (Tottenham)
Christian Eriksen (Tottenham) | IAN KINGTON / AFP

West Ham bat Tottenham et fait l'affaire de Chelsea

Publié le , modifié le

Les "Spurs" ont craqué: Tottenham s'est incliné vendredi soir à West Ham (1-0) en ouverture de la 36e journée de la Premier League, laissant quasiment le champ libre au leader Chelsea. Au classement, Mauricio Pochettino et ses hommes (77 pts, 35 matches joués) restent à quatre points des "Blues" (81 pts, 34 matches), qui reçoivent le relégable Middlesbrough lundi soir. Si Antonio Conte et ses joueurs ne seront pas encore champions en cas de victoire contre "Boro" (19e), ils reprendraient tout de même sept longueurs d'avance sur les "Spurs", avec encore seulement neuf points à prendre d'ici la fin du championnat.

Les Kane et compagnie ont tout gâché au London Stadium. Eux qui avaient l'occasion de mettre la pression sur Chelsea... Chez un West Ham combattant, qui sort du match avec le maintien mathématiquement en poche, les "Spurs" ont mollement dominé, sans inspiration. Ils ne se sont d'ailleurs procurés que très peu d'occasions, Kane échouant deux fois coup sur coup sur Adrian en première période (22). 

Lanzini plombe les Spurs

Ils se faisaient même très peur à la 27e minute. Sur un ballon en profondeur, Lloris allait percuter avec violence Lanzini. Le London Stadium grondait, mais le gardien des "Spurs" touchait le ballon avant de faucher l'Argentin. Le second acte repartait sans entrain, Tottenham étant quasiment incapable de passer outre le milieu de terrain des "Hammers". 

Et sur une action presque anodine, peu après l'heure de jeu, les Londoniens de l'Est jetaient une ombre noir sur les rêves de titre de leurs voisins du Nord. Sur un centre mal renvoyé par la défense, Lanzini récupérait en renard et propulsait en force le ballon dans les buts de Lloris (65), devant des "Spurs" complètement sonnés. Ils étaient d'ailleurs tellement assommés, que la révolte n'est jamais vraiment venue. Après neuf victoires de suite, la poursuite s'arrêtait-là. A Chelsea, la voie royale.

AFP