Violences sexuelles sur enfants : un rapport dénonce les "ratés" de la Fédération anglaise de football

Publié le , modifié le

Auteur·e : AFP
Wembley
Le Stade de Wembley | AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

La fédération anglaise de football (FA) a connu des "ratés institutionnels" inexcusables dans la protection des enfants contre les violences sexuelles tout particulièrement entre 1995 et 2000.

Un rapport indépendant publié ce mercredi 17 mars met en cause la Fédération anglaise de football (FA) dans la protection des enfants contre les violences sexuelles entre 1995 et 2000. La FA aurait connu des "ratés institutionnels" inexcusables dans ce domaine. "La FA a agi bien trop lentement pour mettre en place des mesures appropriées et suffisantes de protection des enfants et pour s'assurer que cette protection soit prise suffisamment au sérieux par les acteurs de ce sport. Pendant cette période, la Fédération n'a pas fait assez pour mettre les enfants à l'abri", explique le rapport.

Les cas "Barry Bennel" et "Bob Higgins" pointés du doigt

L'enquête, lancée en 2016 par la Fédération et qui couvrait la période de 1970 à 2005, estime que des condamnations notables, dont celle de Barry Bennell, ancien entraîneur des équipes de jeunes à Crewe Alexandra en 1995 au États-Unis, auraient dû provoquer un changement sur cette question, alors qu'il a encore fallu attendre 5 ans pour que l'institution mette des mesures spécifiques en place.

Condamné cinq fois pour des actes de pédophilie, Barry Bennell aurait continué à exercer son métier, après sa libération de prison en 2003. Le rapport reconnaît qu'il n'est pas certain qu'il ait officié dans un club après cette date, mais le seul fait de ne pas avoir pris des mesures pour l'écarter du milieu du football "a pu mettre des enfants en danger".

Le cas de Bob Higgins, un entraîneur de jeunes à Southampton et Peterborough, condamné à 24 ans de prison en 2019 pour 46 atteintes sexuelles sur mineur ou agressions sexuelles sur 24 personnes entre 1971 et 1996, a aussi été évoqué.

AFP