Yaya Touré
Yaya Touré | AFP

Touré n'exclut pas de boycotter "2018"

Publié le , modifié le

Le milieu ivoirien Yaya Touré (Manchester City), qui estime avoir été victime de cris de singe mercredi à Moscou contre le CSKA en C1, n'exclut pas de boycotter le Mondial-2018 en Russie, selon plusieurs médias anglais vendredi. "Si nous ne sommes pas rassurés au moment de venir jouer la Coupe du monde en Russie, nous ne viendrons pas", déclare ainsi l'Ivoirien, cité par le quotidien The Times ou le site internet de Sky.

Jeudi, l'UEFA a ouvert une enquête contre les agissements des supporteurs  du club russe, qui dément pour sa part l'existence de tels incidents. "Cela arrive tout le temps. J'ai joué en Ukraine, où j'ai aussi vu du  racisme mais par petits groupes de 2-3 personnes. Cela ne se produit pas  seulement en Europe de l'Est, cela arrive ailleurs aussi. Mais il n'y a ça que  dans le football et pas dans le rugby ou le handball. Cette réaction des  supporteurs est invraisemblable", poursuit-il dans The Times.

"Si l'UEFA ne fait rien, cela continuera. On dit toujours que l'on va faire quelque chose, mais c'est du blabla. J'espère qu'ils vont faire quelque chose, interdire le club ou le stade pour deux ans", continue Yaya Touré.

"Les joueurs sont les plus forts"

The Times cite également Piara Power, directeur général de FARE, l'instance européenne contre les discriminations et membre de la "Task force" de l'UEFA. "Sans eux (les joueurs africains), il n'y aura pas de Mondial en Russie. Je ne leur reproche rien. Les joueurs sont les plus forts et si tous disent qu'ils ne veulent pas y aller, il n'y aura pas de Coupe du monde. Et si elle a quand même lieu, elle n'aura pas de sens", déclare-t-il. 

"Pour être franc, c'est une éventualité à laquelle je crois", a lui déclaré  à la BBC Paul Mortimer, l'ancien milieu de Charlton qui représente maintenant l'association "Show racism the Red Card". "C'est réaliste. Refuser de jouer est le seul pouvoir qu'ont les joueurs  pour montrer aux autorités qu'ils ne sont ps contents. Je connais un grand  nombres de joueurs blancs qui parlent de ça", a ajouté Mortimer.