Erik Lamela à la lutte avec Aaron Ramsey lors de Tottenham - Arsenal
Erik Lamela à la lutte avec Aaron Ramsey lors de Tottenham - Arsenal | IKIMAGES / AFP

Tottenham et Arsenal dos à dos

Publié le , modifié le

Arsenal est allé chercher un bon match nul (2-2) sur la pelouse de White Hart Lane contre une équipe de Tottenham qui avait pourtant fait le plus dur en menant (2-1) avant la dernier quart d'heure à 10 contre 11 (expulsion de Coquelin, 55e). Mais les Gunners n'ont jamais abdiqué et sont revenus au score grâce à Alexis Sanchez. Ils auraient même pu arracher la victoire en toute fin de match. Au classement, les équipes londoniennes retant le coche puisqu'elles restent derrière le leader Leicester qui peut continuer de croire en sa bonne étoile et qui joue à Watford en fin d'après-midi. Les Spurs, dauphins des Fpoxes, pointent à deux longueurs, Arsenal à cinq. La course au titre reste ouverte.

Tottenham débutait mieux la rencontre que son rival historique. Kane tentait un tir des 20 mètres qu’Ospina captait aisément en se couchant (5e). Dans la foulée, Citizen Kane inquiétait de nouveau le portier colombien des Gunners en enroulant une frappe du droit. Dix minutes plus tard, un coup-franc enroulé d’Eriksen était facilement stoppé par le remplaçant de Petr Cech, blessé.

Ospina héroïque

La meilleure occasion des Spurs intervenant à la 26e minute : Walker adressait de la droite un centre pour Lamela qui reprenait de près du gauche, mais Ospina se montrait de nouveau intraitable (26e). Juste après, le match se durcissait et l’arbitre sortait les premiers cartons jaunes respectivement pour Bellerin, Lamela et Coquelin. 

Arsenal ouvrait finalement la marque contre le cours du jeu à la 39e minute. Suite à une touche à quarante mètres du but de Lloris, Welbeck profitait d’un bon contre pour s’infiltrer côté gauche dans la surface de Tottenham et centrer dans l’axe pour Bellerin qui redonnait pour Ramsey bien placé dans l’axe : le talentueux gallois trompait Lloris d’une subtile talonnade du droit (0-1). Il s’agissait du premier tir cadré des hommes d’Arsène Wenger, pas malheureux de regagner les vestiaires avec ce court avantage.

Tottenham renversant

Tottenham attaquait fort la seconde période. Ospina était de nouveau obligé de s’employer sur un tir à ras de terre signé Walker (50e). Puis Francis Coquelin écopait d’un second avertissement pour un tacle irrégulier sur le remuant Kane (55e). Arsenal subissait trop même si Ospina retardait l’échéance en effectuant une nouvelle parade incroyable sur une tentative de l’avant-centre international anglais.

Les hommes d’Arsène Wenger craquaient à l’heure de jeu : Lemela déviait un corner vers Alderweireld qui plaçait une demi-volée croisée gagnante du pied gauche sur laquelle le gardien adverse ne pouvait rien (1-1). Deux minutes plus tard, Harry Kane enroulait une frappe magnifique et imparable –à la Thierry Henry- pour doubler la mise (2-1). Son 17e but en Premier League cette saison.

Arsenal arrache à nul à 10

Les Gunners semblaient abasourdis mais Tottenham n’enfonçait pas le clou et Arsenal revenait au score à un quart d’heure de la fin : Lancé en profondeur par Bellerin sur la droite de la surface, Alexis Sanchez reprenait aussitôt dun tir croisé du droit pour tromper Lloris, pas irréprochable sur le coup (2-2, 76e). Le Chilien, auteur de son 7e but en championnat, n’avait plus marqué depuis plus de quatre mois !

Les Spurs poussaient en fin de match pour arracher la décision mais Ospina se montrait vigilant sur un tir vicieux d’Eriksen (85e). Lloris sauvait ensuite les siens sur un coup-franc de Sanchez. A l’ultime seconde, les Gunners rataient le hold-up, Wimmer reprenant in extremis Sanchez qui allait se présenter seul face à Lloris. Il était dit que le derby du nord de Londres n’aurait pas de vainqueur.

Le classement de la Premier League

Réac​tions

Arsène Wenger (entraîneur d'Arsenal): "Je suis fier de l'état d'esprit mais il y a de gros regrets, comme l'exclusion. Cela a été dur à encaisser. On avait prévenu Coquelin à la pause car il avait déjà été averti et ensuite Dier aurait mérité également un 2e jaune qui aurait changé l'équilibre du match. Je ne me plains pas du rouge de Coquelin, mais plutôt de celui que Dier n'a pas eu. Je n'ai jamais douté du caractère de l'équipe. Après une défaite, il faut répondre et elle l'a fait de manière convaincante aujourd'hui. Est-ce qu'on est dans la course au titre? Je ne sais pas, je ne sais plus quoi dire. Tout le monde perd des points, donc attendons de voir ce qui va se passer ce week-end. Ce que nous avons fait est encourageant et si on peut le reproduire, il reste une chance. C'est peut-être notre meilleure occasion cette année. L'an passé, il n'y avait rien à espérer. Il y a deux ans, je ne me souviens plus. Ce match révèle notre état d'esprit, l'équilibre de l'équipe et surtout sa solidité. La pression de nos supporteurs est constante et je suis bien placé pour vous le dire. Si Leicester gagne à Watford, ils seront très bien placés et ne dépendront plus des autres".

Mauricio Pochettino (entraîneur de Tottenham): "Je suis content même si c'est vrai qu'après avoir mené 2-1 le résultat est un peu décevant. Mais on doit se satisfaire de maintenir Arsenal à trois points. Après notre deuxième but, à 10 contre 11, ils ont marqué et c'est notre erreur. On a bien répondu après la défaite à West Ham mais je pense qu'on méritait plus vu ce qu'on a montré. On n'a pas de chance sur le premier but encaissé. On a manqué une grosse opportunité mais il reste neuf matches. Ce n'est pas une question de maturité, de caractère mais les gens continuent de penser que c'est à cause de ça. Je connais beaucoup d'équipes expérimentées qui encaissent des buts à la fin. On sort d'une période très chargée qui dure depuis le début de la saison. Parfois c'était fou, donc pour ça on est assez fier"