Steven Gerrard, les moments forts de sa carrière à Liverpool

Steven Gerrard, les moments forts de sa carrière à Liverpool

Publié le , modifié le

Steven Gerrard a annoncé sa décision de quitter Liverpool à la fin de la saison. A 34 ans, l’emblématique milieu de terrain vit sa 17e et dernière saison avec le club de la Mersey. Dix-sept années parsemées de moments forts. Heureux ou plus tristes.

Premier match avec Liverpool

Steven Gerrard n’a que 18 ans lorsqu’il fait sa première apparition sous le maillot de Liverpool. C’est le 29 novembre 1998 lors d’un match contre Blackburn Rovers que le milieu de terrain fait ses débuts. Celui qui le lance est un entraîneur français, Gérard Houllier. Il fera 12 apparitions lors de cette première saison et devra attendre la suivante pour ouvrir son compteur but avec une réalisation contre Sheffield Wednesday après une superbe percée plein axe dans la défense.

Vidéo : le premier but de Steven Gerrard

Premier capitanat avec Liverpool

Dès ses débuts, Gérard Houllier voit en Gerrard un futur grand. Un signe qui ne trompe pas : il n’hésite pas à lui donner le brassard alors qu’il n’a que 21 ans. C’était lors d’un match de Coupe de l’UEFA contre Ljubljana. Le technicien français avait dit à l’époque que « Stevie allait mener l’équipe contre Ljubljana et dans le futur ». Il sera officiellement nommé capitaine lors de la saison 2003 après le départ de Samy Hyypia.

Le "miracle d'Istanbul"

Le plus grand moment de la carrière de Steven Gerrard sans hésiter. Cette finale de la Ligue des Champions 2005 à Istanbul contre l’AC Milan restera comme l’un des plus grands matches de l’histoire du football. Mené 3-0 à la mi-temps, Liverpool va tout renverser en suivant la furie de son capitaine, auteur du premier but de la remontée fantastique. Sa tête et sa course pleine d’envie et de rage pour se replacer ont entraîné ses coéquipiers. C’est lui qui obtient le penalty du 3-3. Au bout d’une séance de tirs au but, Gerrard soulèvera la 5e Ligue des Champions du club, sera élu "homme du match" et sera à jamais associé à ce "miracle d’Istanbul".

Liverpool dompte Old Trafford

Sauf retournement incroyable de situation, Steven Gerrard devrait quitter la Premier League sans l’avoir gagnée. Mal embarqué avec Liverpool, « Stevie G » n’est pourtant pas passé loin. La saison dernière, mais aussi en 2008/2009. Cette saison-là, Liverpool a terminé deuxième à 4 points de Manchester United. Des Red Devils qu’ils ont pourtant battus 2 fois sur 2 cette saison : 2-1 à Anfield, mais surtout 4-1 à Old Trafford. Ce jour-là, Torres (doublé) a fait des misères à la doublette Ferdinand-Vidic, mais Gerrard a aussi été grand, inscrivant un but sur penalty. Ce succès, son plus beau sur la pelouse de l’ennemi juré, restera à jamais. Cette saison-là, il a été élu meilleur joueur d’Angleterre par les journalistes.

Le feu d'artifice en Coupe de l'UEFA contre Alavès

Cette saison 2000/2001 est celle des premières pour Steve Gerrard. Il ouvre son palmarès avec une Coupe de la Ligue (1-1, 5-4 tab face à Birminghma), une Coupe d’Angleterre (2-1 contre Arsenal), mais ce qui restera, c’est surtout cette finale de Coupe UEFA. Face à Alavès, Liverpool l’emporte 5-4 après prolongation, Gerrard, 20 ans, inscrit le deuxième but. Suivront deux autres titres – le Community Shield (2-1 contre Manchesterd United) et la Supercoupe d’Europe (3-2 contre le Bayern Munich) pour une année 2001 qui restera comme la plus belle sur le plan collectif de sa carrière avec Liverpool.

Contre West Ham, l'autre miracle

Un an après le "miracle d’Istanbul", Liverpool effectue une nouvelle remontée fantastique en finale de la Coupe d’Angleterre. Contre West Ham, les Reds sont menés 2-0 après 28 minutes de jeu. Ils réduisent d’abord le score par Djibril Cissé, servi par Gerrard avant que ce même Gerrard n’égalise une première fois à 2-2. Puis une autre à 3-3 dans les dernières minutes du temps réglementaire d’une frappe lointaine dont il a le secret. Les Reds l’emportent 3-1 lors de la séance de tirs au but, Gerrard réussissant le sien. Il est évidemment élu "homme du match" dans la foulée.

Vidéo : la finale contre West Ham

La glissade contre Chelsea

L’histoire entre Liverpool et Gerrard n’est pas toujours belle. Comme la saison dernière, à deux journées de la fin, Liverpool se rapproche du Graal, ce titre après qui le club court depuis 1990. La réception de Chelsea est le tournant pour Gerrard et ses coéquipiers. Ils doivent absolument s’imposer pour ne pas voir revenir Manchester City. Mais le capitaine va précipiter la chute de son équipe. En glissant seul au milieu de terrain suite à une passe anodine de Mamadou Sakho, il envoie Demba Ba marqué le seul but du match. Celui de la fin du rêve.

Le but de la qualification contre l’Olympiakos

Avant la finale d’Istanbul, Steven Gerrard avait déjà sauvé les siens lors de la phase de poules de la Ligue des Champions. Indisponible depuis septembre, il revient début décembre pour offrir la qualification en 8e de finales face à l’Olympiakos. Liverpool mène 2-1 mais doit s’imposer 3-1 pour se qualifier. Qui pour jouer les héros ? « Stevie G » évidemment qui endosse son costume de Zorro et décoche une frappe de 20 mètres qui fait mouche. Liverpool est en 8e et ira chercher sa 5e C1 au bout du scénario que l’on sait.

Vidéo : le but décisif contre l'Olympiakos

Comment fêter son 400e match de championnat avec Liverpool

Autre match à la saveur particulière pour tout joueur de Liverpool, le derby contre Everton. Hasard ou pas, Gerrard disputa son 400e match en Premier League sous le maillot rouge face aux Toffees. On est le 13 mars 2012 et le capitaine de Liverpool va se faire un beau cadeau en inscrivant un triplé pour une victoire 4-0. Au moment d’annoncer qu’il ne prolongera pas, Steven Gerrard a disputé 688 matches officiels avec les Reds (3e de l’histoire du club) pour 195 buts (5e).

Gerrard rime avec bagarre

Fin décembre 2008, Liverpool est en pleine période des fêtes et à la lutte pour le titre. Les Reds viennent de s’imposer 5-1 contre Newcastle et Gerrard fête ça au Loung Inn, à Southport. Gerrard veut écouter Phil Collins Boxing, mais le DJ refuse. Eclate une bagarre, le DJ s’en sort avec une dent cassée et des entailles sur le front. Stevie sortira blanchi de cette affaire, le jury l’estimant non coupable et ayant agi en état de légitime défense. Bagarreur sur le terrain mais aussi en dehors le Stevie

Benoit Jourdain @BenJourd1