Chelsea-Liverpool
Chelsea se déplace à Liverpool pour un match décisif dans la course au titre. | BEN STANSALL / AFP

Rodgers prêt à dépasser Mourinho ?

Publié le , modifié le

Liverpool, leader de la Premier League, peut poser une main sur le trophée en cas de victoire contre Chelsea (3ème à 5 points), aujourd’hui (15h05) à Anfield. Ancien entraîneur des jeunes chez les Blues (2004-2008), notamment sous l’égide de José Mourinho, Brendan Rodgers ambitionne de battre son ancien mentor dans la course au titre. Deux managers aux trajectoires opposées depuis.

Sept ans après la fin du premier mandat de Mourinho à Chelsea en 2007, difficile de croire que Rodgers était un membre éminent de son staff technique. C’est pourtant vrai. Le Nord-Irlandais ne serait pas en passe de remporter le titre si le Portugais ne lui avait pas mis le pied à l’étrier en 2004. "Je ne serai probablement pas là sans lui, mais nous sommes deux personnes différentes", déclarait Rodgers dans une interview au Guardian en décembre dernier. Nombreuses sont les dissimilitudes qui les opposent pourtant. Pour résumer, les deux hommes n’ont pas la même conception du jeu et de la communication.

Le terrain d’abord. L’ancien manager de Swansea (2010-2012) apprécie le football offensif et les joueurs techniques sur le modèle espagnol. Jouer pour obtenir un match nul, il ne peut le concevoir. Mourinho n’a aucun remord à "garer le bus devant son but", comme le dit l’expression... qu'il a lui même inventé. Le Special One se concentre sur l’annihilation des points forts de l’adversaire, pendant que le manager des Reds cherche ses failles. Et les trouve très souvent. Avec 96 buts inscrits cette saison, Liverpool est la meilleure attaque du championnat, loin devant Chelsea (67). En revanche, la défense des Blues est moins perméable (26 buts concédés) que celle de son rival (44). Reste qu’en cas d’égalité de points en fin de saison, Liverpool serait vraisemblablement champion à la différence de buts (+52 contre +41). La prime à l’offensive.

Pas de provocation pour Rodgers

"J’ai toujours été confiant et j’ai étudié le jeu durant plusieurs années pour arriver là, reconnaît Rodgers. C’est la même chose pour Jose Mourinho, qui voit aussi le football comme une profession, un moteur dans la vie." Son ancien collègue acquiesce. Le respect est mutuel. "Il était toujours ouvert, prêt à apprendre et à donner son opinion, déclare t-il. Nous l’apprécions bien, moi et mon staff. Il entraîne l’un des meilleurs clubs au monde. Il ambitionne d’y remporter plusieurs titres." Pas sûr d’entendre ces mots doux souvent dans la bouche de Mourinho.

L’ancien entraîneur du Real Madrid (2011-2013) se brouille avec de nombreux collègues et critique ouvertement les arbitres. Le dernier épisode en date, c’était le week-end dernier après la défaite contre Sunderland à domicile (1-2). Il a félicité l’arbitre Mike Dean pour sa prestation "incroyable", ainsi que Mike Riley, le directeur de l’arbitrage anglais. Ce qui pourrait lui valoir une suspension. Visiblement agacé, il envisage même de faire jouer ses remplaçants contre Liverpool. Une situation qui s’explique aussi par la demi-finale retour de la Ligue des champions contre l’Atletico mercredi et les absences. Ramires est suspendu quatre matchs. Petr Cech et John Terry sont blessés. Frank Lampard, John Obi Mikel, Nemanja Matic et Mohamed Salah pourraient donc avoir leur chance. De son côté, tout se déroule comme prévu pour Rodgers, qui vise un premier titre sur les bords de la Mersey depuis 1990. Il pourra compter sur le retour de l’ancien de Chelsea, Daniel Sturridge, blessé aux adducteurs. Et ne répondra pas aux attaques de son rival provocateur. Mais si quelqu’un peut briser son rêve de titre, c’est bien Mourinho.

Adrien Debargue