Racisme : Swansea, Birmingham et les Rangers boycottent les réseaux sociaux une semaine pour protester contre les abus en ligne

Publié le , modifié le

Auteur·e : Louise Gerber
Jamal Lowe Swansea
Jamal Lowe, l'attaquant de Swansea, a fait l'objet d'insultes racistes sur les réseaux sociaux. | GRUFFYDD THOMAS / PROSPORTSIMAGES / DPPI VIA AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Le club gallois de Swansea, qui évolue en deuxième division anglaise, a annoncé jeudi 8 avril qu'il suspendait toutes ses activités sur les réseaux sociaux pendant une semaine pour protester contre les insultes racistes subies par ses joueurs. Imité par Birmingham et les Rangers. Avant eux, d'autres ont pris position face à ces dérives.

Le mouvement pourrait prendre de l'ampleur. Face aux attaques, insultes et commentaires racistes qui s'étalent sur les réseaux sociaux, des voix s'élèvent. Le club de Swansea en fait partie, et il n'est pas la seul.

Aucun contenu ne sera publié par Swansea sur les réseaux sociaux pendant une semaine. Le club gallois, évoluant en Championship (la D2 anglaise), a annoncé jeudi 8 avril mener cette action symbolique pour protester contre les abus en ligne. Ces dernières semaines, trois de ses joueurs ont été la cible d'insultes racistes - le défenseur Ben Cabango, le milieu offensif Yan Dhanda et l'attaquant Jamal Lowe.

Le racisme, "un fléau" pour la société 

Ce retrait des réseaux sociaux concerne les joueurs, le staff, l'équipe féminine, le centre de formation et le personnel administratif du club. Tous les comptes officiels de Swansea (Facebook, Twitter, Instagram, LinkedIn, Snapchat, YouTube et TikTok) sont inactifs sept jours à compter de 18h00 jeudi 8 avril. Les Gallois précisent que seul leur site internet poursuivra son activité pendant cette période. 

"Nous pensons qu'il est juste de prendre position contre un comportement qui est un fléau pour notre sport et la société dans son ensemble", a indiqué le club dans un communiqué.

"Prendre position pour interpeller"

Le directeur général du club, Julian Winter, a également écrit aux PDG de Facebook et de Twitter pour réclamer davantage de contrôle et des sanctions plus fortes contre ceux ayant publié des insultes en ligne. 

"En tant que groupe de joueurs soudé et très divers, c'est un sujet qui nous touche énormément", a commenté le capitaine de l'équipe première masculine, Matt Grimes. "Nous voulions prendre cette position pour interpeller à nouveau ceux qui dirigent ces entreprises de réseaux sociaux pour qu'ils mettent en place les changements nécessaires maintenant et à l'avenir", a-t-il ajouté.

à voir aussi Racisme : Liverpool dénonce des insultes racistes subies sur les réseaux sociaux Racisme : Liverpool dénonce des insultes racistes subies sur les réseaux sociaux

Le club de Birmingham, qui évolue également en Championship, et les Rangers ont également pris une décision analogue. "Après en avoir parlé à un large éventail de clubs à travers le Royaume-Uni, nous savons que cette inquiétude est partagée par tous les clubs et on peut dire que tout le monde commence à perdre patience face au manque d'action des entreprises de réseaux sociaux", a déclaré Stewart Robertson, directeur exécutif des Rangers. Glen Kamara, milieu de terrain des Rangers, qui avait déclenché une enquête de police en affirmant avoir subi des insultes racistes d'un joueur du Slavia Prague en Ligue Europa, avait raconté avoir été insulté depuis lors quotidiennement sur les réseaux sociaux.

Un mouvement lancé par Thierry Henry

Les insultes à caractère raciste en commentaire de publications ou messages de joueurs sur les réseaux sociaux sont monnaie courante ces derniers temps. Dernier exemple en date, celles reçues par joueurs de Liverpool Trent Alexander-Arnold, Naby Keita et Sadio Mane après la défaite (2-1) contre le Real Madrid en quart de finale aller de la Ligue des champions. Le club anglais avait réagi le lendemain, dénonçant d'"odieuses insultes racistes (...) totalement inacceptables"

Les initiatives pour éveiller les consciences quant aux abus sur les réseaux sociaux ont fleuri ces dernières semaines. Fin mars, l'attaquant vedette du pays de Galles Gareth Bale s'était dit prêt à se joindre à un mouvement de boycott des réseaux sociaux pour lutter contre les abus racistes et le harcèlement en ligne dans le sillage de la décision prise quelques jours auparavant par Thierry Henry de désactiver ses comptes. L'ancien joueur de l'équipe de France avait déclaré se mettre en retrait jusqu'à ce que les plateformes s'investissent davantage pour lutter contre le racisme et les intimidations. 

à voir aussi Dénonçant le "racisme" et "l'intimidation", Thierry Henry se retire des réseaux sociaux Dénonçant le "racisme" et "l'intimidation", Thierry Henry se retire des réseaux sociaux

Le retour de Swansea sur les réseaux sociaux est prévu le jeudi 15 avril à 18h00.