Louis van Gaal
Louis van Gaal, le technicien néerlandais des Red Devils | KIERAN MCMANUS / BACKPAGE IMAGES LTD / DPPI MEDIA

Premier League: Manchester United - Chelsea : Van Gaal joue sa place

Publié le , modifié le

Sous intense pression après sept matchs sans victoire de Manchester United, dont quatre défaites de suite, Louis Van Gaal joue sa tête d'entraîneur lundi lors du choc face à Chelsea à Old Trafford lors de la 19e journée du championnat d'Angleterre.

La décision est peut-être déjà prise mais un succès convaincant contre les Blues pourrait donner un sursis au technicien néerlandais. En effet "LVG" est toujours sur le banc de MU malgré la tempête que lui et son équipe traversent actuellement: mauvais résultats (4 revers de rang toutes compétitions confondues, du jamais vu depuis 1961), absence de fonds de jeu, 6e place au classement à 9 points du leader, jeu ennuyeux, sifflets des supporteurs et critiques des médias. Rien ne va pour l'instant pour van Gaal et même un succès lundi soir dans le clash avec un Chelsea toujours malade et toujours 15e pourrait ne pas suffire à le sauver. 

La défaite à Stoke samedi (2-0) semble avoir marqué une rupture. Et Van Gaal a pour la première fois dit qu'il pourrait quitter son poste de lui-même. Il a critiqué publiquement ses joueurs, expliquant que c'était eux qui étaient sur le terrain et, en résumé, que c'était de leur faute et non de la sienne. Comme à son habitude, l'arrogant Van Gaal oublie ses errances tactiques, sa philosophie défensive datant de la préhistoire et son incapacité à se remettre en cause. Dix-huit mois après son arrivée et à dix-huit mois de la fin de son contrat, le Néerlandais de 64 ans paraît de plus en plus abattu et résigné.

Rupture entre les joueurs et LGV ?

Bien sûr que les joueurs sont responsables et Rooney, Martial, Mata, Depay et les autres déçoivent match après match. Mais les relations avec leur entraîneur sont tendues et au vu de leur performance à Stoke, on peut se demander s'ils jouent encore pour lui. Ryan Giggs, légende du club et actuel entraîneur adjoint, pourrait assurer l'intérim jusqu'à la fin de la saison, comme il l'avait fait en 2014 après le limogeage de David Moyes. Loin de l'agitation mancunienne, Chelsea est toujours dans le doute. Pour son premier match sur le banc des Blues samedi contre Watford (2-2), Guus Hiddink n'a rien vu de nouveau: même fragilité défensive que sous Mourinho, même manque d'agressivité et d'équilibre au milieu de terrain. Diego Costa, auteur d'un doublé samedi, revient petit à petit à son meilleur niveau mais sera suspendu lundi. Quant à Oscar, il a raté le penalty du 3-2. Pourtant, autant que MU, les Londoniens ont besoin de points. Ils n'ont que deux longueurs d'avance sur le premier relégable, Newcastle, et une nouvelle défaite, la 10e de la saison, rendrait la situation encore plus compliquée.

"Tous les Manchester United - Chelsea sont importants mais celui-ci l'est encore plus", a expliqué samedi Hiddink. Il sait que seule une victoire pourrait ramener un peu de confiance et de sérénité à une équipe qui en manque cruellement, surtout avec un déplacement piège à Crystal Palace le 3 janvier.

AFP