Arsenal a été tenu en échec sur la pelouse de Norwich.

Premier League : Ljungberg débute son aventure avec Arsenal par un nul contre Norwich

Publié le , modifié le

Pour la première de Fredrik Ljungberg sur le banc des Gunners, Arsenal a ramené un point de son déplacement à Norwich (2-2). Intéressants et dominateurs en première période, les Londoniens ont serré les dents pour tenir bon face aux assauts des Canaris en fin de match, profitant d'une de leurs rares occasions pour égaliser grâce à Pierre-Emerick Aubameyang. Les coéquipiers d'Alexandre Lacazette sont à 7 points du top 4. Leicester a repris la place de dauphin de Liverpool grâce à une victoire laborieuse sur Everton (2-1), alors que Manchester United, tenus en échec, continue à peiner.

"Retrouver du plaisir, renouer avec l'ADN d'Arsenal." Le message de Josh Kroenke, fils de l'actionnaire majoritaire du club (Stan Kroenke), était clair avant le déplacement des Gunners à Carrow Road, sur la pelouse de Norwich. Pour la première de Fredrik Ljungberg sur le banc, le successeur d'Unai Emery a pu assister à des mouvements prometteurs de la part de ses joueurs, surtout lors des 45 premières minutes. En revanche, les Londoniens peuvent s'estimer heureux d'avoir pu compter sur un excellent Bernd Leno en deuxième période pour ramener le point du nul (2-2) ce samedi face aux Canaris.

Des Gunners plus inspirés dans le jeu mais toujours aussi fébriles derrière

Pour sa première composition d'équipe en tant qu'entraîneur principal, Ljungberg avait réservé quelques surprises avec le retour de Kolasinac dans le couloir gauche à la place de Tierney, la titularisation de Mustafi aux côtés de David Luiz et le retour de Granit Xhaka au milieu de terrain, épaulé par Guendouzi et Willock. Et dès les premières minutes, les Gunners se procurent une grosse occasion avec Lacazette (6e). Arsenal met le pied sur le ballon et a les plus grosses situations avec Mustafi sur une tête sauvée sur la ligne ou Chambers encore de la tête.

Si une certaine fluidité se retrouve dans le jeu, avec des joueurs plus libres de leurs mouvements et trouvant de meilleures combinaisons - bien loin de la rigueur tactique imposée par l'ancien manager basque - la fébrilité défensive n'a pas disparu. Pukki (21e) et Cantwell (45e+2) profitent du marquage à reculons de David Luiz et Shkodran Mustafi pour inscrire deux buts dans le premier acte, sur leurs deux seules véritables occasions. Heureusement, les Gunners peuvent compter sur leur capitaine Aubameyang pour les remettre d'aplomb grâce à un penalty, transformé en deux fois après qu'Aarons soit entré dans la surface avant que le Gabonais puisse tirer.

Leno sauve les meubles

En deuxième période, le rapport de force, nettement en faveur des Londoniens en première mi-temps (65% de possession de balle, 8 tirs à 5), s'inverse. Sur l'une de ses rares possibilités offensives, Arsenal revient à hauteur encore une fois grâce à Aubameyang, qui avait parfaitement suivi au deuxième poteau sur un corner (57e). Mais derrière, c'est le néant ou presque. Et sans un Bernd Leno de gala durant les 45 dernières minutes, Ljungberg n'aurait probablement pas ramené le moindre point de Carrow Road. 

La série compliquée se poursuit donc pour les Gunners, qui n'ont plus signé le moindre succès depuis 8 matches toutes compétitions confondues. Mais un vent nouveau souffle sur le club du Nord de Londres. L'anxiété n'a pas encore disparu mais elle va s'apaiser. Au moins jusqu'au prochain match. Ce sera jeudi soir face à Brighton à l'Emirates.

Leicester ne lâche rien !

Leicester s'est arraché pour remporter un sixième succès de rang et prendre trois points précieux dans la course à la Ligue des champions à la 95e minute contre Everton (2-1). Les champions d'Angleterre 2016 reprennent la 2e place du classement avec trois longueurs d'avance sur Manchester City, mais sont toujours à huit unités de Liverpool.

Un épilogue cruel et qui pourrait être lourd de conséquences pour l'entraîneur portugais Marco Silva, menacé avant le match. Sa défense à cinq avait pourtant bien contrarié le jeu offensif habituellement si fluide des Foxes. Profitant d'un début de match poussif, les Toffees avaient même trompé la meilleure défense du championnat (9 buts encaissés en 14 journées) sur une tête du Brésilien Richarlison, sur un centre de Dkibril Sidibé (0-1, 23e).

Cela a eu le mérite de réveiller Leicester, même s'il a presque dû attendre d'être à 20 minutes du coup de sifflet final pour égaliser par l'inévitable Jamie Vardy. L'avant-centre a accru son avance en tête du classement des buteurs avec une 13e réalisation cette saison en marquant de près (1-1, 68e). Et Leicester ne s'est pas contenté de ce point, mais est allé chercher la victoire au bout du temps additionnel par Kelechi Iheanacho, parti à la limite du hors-jeu -l'arbitre avait d'ailleurs dans un premier temps refusé le but avant d'être déjugé par la VAR- (2-1, 90+5). 

ManU laisse encore filer des points

Alors qu'ils avaient l'occasion de remonter à la 5e place, les errements défensifs des Red Devils les ont contraints au nul (2-2) face à Aston Villa qui, avec ses 15 points, est à égale distance de son adversaire du jour (9e) et de la zone rouge. Le milieu de terrain Jack Grealish avait surpris la défense mancunienne d'une magnifique frappe enroulée dans un angle fermé qui avait fini dans la lucarne opposée (0-1, 11e).

Manchester semblait avoir repris le contrôle du match grâce à une tête de Marcus Rashford poussée dans son but par le gardien Tom Heaton (1-1, 42e), puis par son défenseur central Victor Lindelof (2-1, 64e). Mais un relâchement coupable a permis à l'international anglais Tyrone Mings de remettre les deux équipes à égalité (2-2, 64e), privant Ole Gunnar Solskjaer d'un oxygène précieux en cette période troublée pour les coaches de Premier league