Premier League : Liverpool s'en sort encore une fois et s'impose à Wolverhampton

Publié le , modifié le

Auteur·e : Quentin Ramelet
Jordan Henderson heureux buteur
La joie du capitaine de Liverpool, Jordan Henderson, buteur et félicité par ses coéquipiers. | OLI SCARFF / AFP

Retrouvez l’offre
france tv sport sur

Décidément, rien ni personne ne peut arrêter Liverpool. À l'occasion de la 24e journée de Premier League, les Reds ont signé leur 22e victoire de la saison, en 23 matches disputés, en s'imposant (2-1) sur la pelouse de Wolverhampton. Comme lors du match aller il y a moins de trois semaines, les Wolves n'ont pas démérité mais ont finalement craqué en toute fin de partie. Les hommes de Jürgen Klopp confortent encore et encore leur place de leader et comptent désormais 16 points d'avance sur leur dauphin, Manchester City.

Il y a un peu moins d'un mois, les Wolves avaient donné du fil à retordre aux protégés du technicien allemand. Septième de Premier League, Wolverhampton est l'une des belles surprises de cette saison anglaise et, encore ce soir, elle a confirmé tout le bien que l'on peut dire ou lire sur elle depuis plusieurs semaines. Séduisants, prêts à répondre au défi physique proposé par les Reds, les jeunes loups oranges ont poussé Liverpool jusqu'à ses plus profonds retranchements. Mais comme souvent, cela n'a pas suffi pour tenir en échec le champion d'Europe en titre. 

Très rapidement, Liverpool a pris les choses en mains et comme souvent, Liverpool a trouvé la faille sur coup de pied arrêté. Sur la 10e passe décisive de la saison d'Alexander-Arnold, le capitaine Jordan Henderson s'est élevé plus haut que tout le monde sur un corner pour ouvrir le score (8e, 0-1), leur 15e but de la saison en championnat sur phase arrêtée. S'ils avaient la sensation que le plus dur avait été fait, le coup de tête de Doherty, trouvé seul au second poteau (11e), sonnait comme une alerte pour les hommes de Jürgen Klopp. Car jusqu'à la pause, les Reds n'ont jamais cessé d'harceler leur adversaire.

Mané, l'inquiétude

Mais harceler, puis dominer, n'est pas forcément le plus efficace. Surtout, tout le monde a retenu son souffle quand, à la 32e minute, Sadio Mané, assis sur la pelouse, ne pouvait plus continuer. Si on ne connait toujours pas la gravité de la blessure du buteur sénégalais, il est aussi possible que le staff de Liverpool n'ait pas voulu prendre de risque. Une sortie qui allait rapidement être digérée puisque Salah, plusieurs fois, n'était pas loin d'aggraver le score.

Fautifs de ne pas se mettre à l'abri, les Reds ont finalement redonné confiance aux Wolves. Surtout après la pause où les locaux se sont montrés plus pressants, plus justes techniquement sous la houlette d'un Moutinho toujours aussi précis. Résultat ? Wolverhampton a réussi l'impossible, ou presque : marquer un but au leader incontestable. Si Alisson s'est encore interposé plusieurs fois (48e, 55e et 58e), le portier Brésilien n'a pas réussi à tenir son huitième clean sheet consécutif. Parti en contre côté droit, Traoré a mis les cannes pour déborder et finalement centrer en plein cœur de la surface où se trouvait Raul Jimenez, impeccable pour tromper de la tête Alisson (1-1, 51e). Une égalisation qui relançait tout, au point que Liverpool n'était pas loin de rompre à plusieurs reprises. Mais à force de pousser, les Wolves ont craqué.

40e match de rang sans défaite

Alors que Momo Salah (70e) était très proche de libérer les siens, c'est évidemment Roberto Firminho, comme toujours, qui enfila le costume de super héros des Reds. Après un excellent travail de l'Egyptien, Henderson trouvait le Brésilien qui décochait une lourde frappe. Imparable pour Rui Patricio, resté sur ses appuis au moment de constater les dégâts (1-2, 84e). Si la défaite peut sembler "encourageante" pour Wolverhampton, la victoire de Liverpool - qui enchaîne un 40e match sans défaite en championnat - s'apparente à un nouveau message envoyé à toute l'Angleterre : pour faire tomber les Reds cette saison, il faudra sortir le match de sa vie.