Wayne Rooney (Manchester United)
Wayne Rooney (Manchester United) | OLI SCARFF / AFP

Premier League: Arsenal engrange, MU et Chelsea se neutralisent

Publié le , modifié le

Arsenal a pris provisoirement la tête de la Premier League en s'imposant (2-0) contre Bournemouth grâce à des buts signés Gabreil Paulista (27e) et Mezut Ozil (63e). Les Gunners comptent un point d'avance sur Leicester qui reçoit Manchester City mardi soir. Dans l'autre choc de cette 19e journée, Manchester United a mis fin à une série de quatre défaites consécutives face à Chelsea (0-0) mais ce nul n'arrange pas les affaires de Louis van Gaal, le coach mancunien, plus que jamais sur la sellette. Enfin, West Ham a dominé Southampton (2-1).

Arsenal leader provisoire​

Arsenal a provisoirement ravi la tête du championnat d’Angleterre à Leicester City en battant Bournemouth (2-0). Gabriel Paulista (27e) et Mesut Özil (63e) ont marqué pour les Gunners, le milieu de terrain offensif allemand en profitant pour inscrire son troisième but de la saison (après un superbe "une-deux" avec Olivier Giroud) et surtout signer sa 16e passe décisive, à quatre unités seulement du record de Thierry Henry en Premier League. Au classement, les hommes d'Arsène Wenger comptent désormais un petit point d'avance sur Leicester et quatre sur Manchester City avant le choc de mardi entre les Foxes et les Citizens.

Martial se démène

Manchester United a fait match nul (0-0) contre Chelsea, mettant ainsi fin à une série de quatre défaite de rang toutes compétitions confondues. Dans un Old Trafford bondé, United débutait à fond la partie avec un tir de Mata sur la barre (3e). Chelsea répliquait avec une tête de Terry que De Gea sortait magistralement (5e). Puis les Red Devils réagissaient: à la 9e minute, un tir de l’extérieur du pied droit de Morgan Schneiderlin passait de peu à droite de la cage gardée par Thibault Courtois. A la 17e minute, Anthony Martial trouvait le poteau sur un tir vicieux sur lequel Petr Cech était battu. United poussait sans parvenir à ouvrir le score contre des Blues regroupés dans leur camp et misant sur la vitesse de ses attaquants. Quelques minutes plus tard, une incursion de Martial faisait passer un frisson dans la défense de Chelsea mais l’ancien joueur de Monaco se laissait tomber après quelques dribbles au lieu de tenter la frappe. A la demi-heure, Wayne Rooney tirait de loin, obligeant Courtois à une belle parade alors que le cuir semblait filer dans la lucarne.

Rooney omniprésent mais imprécis

Dès l’entame du second acte, les Blues manquaient d’ouvrir la marque : accélération d’Hazard qui trouvait Pedro dans l’axe. L’Espagnol se retournait et enroulait un tir du gauche repoussé par De Gea. Le ballon revenait sur Azpilicueta qui butait de nouveau sur le portier mancunien (48e). Huit minutes plus tard, les locaux réagissaient par un bon débordement de Martial qui centrait dans la course d’Herrera pour un sauvetage in extremis de Courtois. Puis Matic, bien lancé par Pedro, tirait largement au dessus alors qu’il était seul face à De Gea (62e). Au début du dernier quart d’heure, Rooney vendangeait une nouvelle occasion devant Courtois mais le capitaine rouge avait été signalé hors-jeu. Le meilleur buteur de l’histoire de la sélection anglaise manquait ensuite la balle de match en ne pouvant rabattre sa reprise de volée sur un centre parfait de Borthwick-Jackson (86e). Il était dit que les deux grands malades de la Premier League se quitteraient sur ce score de parité qui ne satisfait personne dans la course aux objectifs de printemps (titre pour MU, qualification pour la Ligue des Champions pour Chelsea après son automne calamiteux).

Déclarations

Louis Van Gaal, entraîneur de Manchester  United: "Mon avenir n'est pas intéressant, car je n'ai aucune influence  là-dessus. Je peux juste travailler avec mes joueurs et vous pouvez voir qu'ils  se battent pour moi. Même après ce résultat, les supporteurs nous ont applaudi,  donc je ne peux pas dire que je suis inquiet. Tout est possible en football,  mais j'ai confiance en mes joueurs et dans le conseil d'administration du club.  Vais-je démissionner ? Au contraire. Quand les joueurs produisent une telle  performance, sous pression, il n'y a aucune raison de démissionner. Peut-être  que les médias veulent que je démissionne, mais je ne le ferai pas."