Crouch Stoke Arsenal
Peter Crouch avait trompé la vigilance des Gunners au bout de 18 secondes. | BEN STANSALL / AFP

Premier League: Arsenal chute contre Stoke (3-2) après un match fou

Publié le , modifié le

Surpris par Stoke City, avec un but de Peter Crouch après 19 secondes, Arsenal a sombré avant de se relever trop tard (3-2), samedi lors de la 15e journée de Premier League. Les Gunners, qui pouvaient se rapprocher provisoirement à une unité du podium, ont livré une piètre prestation en première période. Ils sont rentrés aux vestiaires avec trois buts de retard. Ils ont tenté de revenir mais n'ont pas réussi à forcer le verrou des Potters.

Parfois, le football offre son lot de matches fous. Ce samedi, il fallait avoir un œil sur Stoke City-Arsenal. Alors qu’ils avaient l’occasion de revenir provisoirement à un point du podium, avant la confrontation directe entre Southampton et Manchester United lundi (21h), les Gunners ont rechuté. Menés 3-0 à la pause, et proches du 4-0 à la 67e, les Londoniens ont cru réaliser un incroyable retour en marquant deux buts en trois minutes. Mais l’expulsion de Chambers, après un deuxième jaune logique, a définitivement annihilé les espoirs des troupes d’Arsène Wenger.

Il ne fallait pas arriver en retard au Britannia Stadium. Peter Crouch n'a eu besoin "que" de 19 petites secondes pour faire trembler les filets d'Arsenal. A l'affût sur un centre de Walters, cafouillé par la défense londonienne, le géant anglais a surgi pour tromper Martinez (1e, 1-0). Les Gunners, mal en point, ont continué de sombrer tout au long de la première période. Bojan (35e, 2-0) puis Walters (45e, 3-0) ont sanctionné les errances de l'équipe de Wenger. Cela aurait même pu tourner à la correction si Bojan, hors-jeu, avait vu son second but validé (67e).

Mais, voilà qu'en l'espace de trois minutes, Arsenal a tiré un trait sur le passé en marquant deux buts coup sur coup. Cazorla sur penalty (68e, 3-1) et Ramsey (70e, 3-2) ont rendu la fin de match complètement folle. Les efforts des Londoniens ont néanmoins été balayés à dix minutes du coup de sifflet final, avec l'expulsion logique de Chambers (78e). Réduits à dix, ils ont poussé mais les Potters n'ont rien lâché. De quoi laisser des gros regrets aux protégés d'Arsène Wenger qui, en étant plus sérieux pendant 45 minutes, auraient pu gratter des points sur Chelsea, battu plus tôt.