Arsène Wenger
Arsène Wenger (Arsenal) | KIERAN MCMANUS / BACKPAGE IMAGES LTD / DPPI MEDIA

Premier League (8e journée) : Arsenal, tout pour le titre

Publié le , modifié le

Arsenal tient l’opportunité de monter sur le podium de la Premier League pour la première fois de la saison avec un succès lors de la réception de Manchester United dimanche (17h00). Après douze ans sans titre de champion, les Gunners visent plus que jamais un sacre national. Voilà pourquoi Arsène Wenger s’évertue à dédramatiser la situation compliquée de son équipe en Ligue des champions, après deux défaites en autant de sorties européennes.

« Retour vers le futur ». Ce pourrait être le titre du film que vont écrire sous nos yeux Arsenal et Manchester United dimanche (17h00). Voir les deux clubs s’affronter pour une place en tête du classement, ou a minima sur le podium de Premier League, fleure bon la fin des nineties et le début du XXIe siècle. Il faut dire que les Gunners se mêlent à la course au titre sans réellement y croire depuis maintenant une bonne dizaine d’années. La dernière fois qu’ils ont terminée parmi les deux premiers, cela remonte à la saison 2004-2005. Autant dire une éternité à l’échelle du club londonien. D’autant qu’Arsène Wenger avait enchaîné huit saisons dans le Top 2 en autant de saisons avant de vivre cette mauvaise passe.

Non, les deux Coupes d’Angleterre et les deux Community Shield ne font pas oublier cette interminable série. Pas plus que les neuf huitièmes de finale consécutifs en Ligue des champions. Ce qui explique en partie pourquoi le manager d’Arsenal ne fait pas une maladie du faux-départ de son équipe sur la scène continentale, où sa formation apparait de toute façon un ton en-dessous des cadors. Deux défaites en deux matches, avant la double confrontation avec le Bayern Munich : la sortie dès la phase de groupes n’a jamais semblé aussi proche, Et pourtant, Wenger nie une quelconque sinistrose. « Je ne vois pas pourquoi nous devrions être complètement abattus. »

Wenger clame son ambition

Pour se justifier, le technicien alsacien met en avant « la série de bons résultats en Premier League ». Même s’il omet, volontairement ou pas, la défaite à Chelsea voilà deux semaines (2-0). La méthode Coué est de mise dans les rangs d’Arsenal, histoire de se convaincre coûte que coûte que cette saison sera la bonne, en dépit d’un recrutement réduit au strict minimum (Petr Cech, et c’est tout). Il faut dire que les supporters perdent patience, à devoir payer les abonnements les plus chers de toute l’Angleterre sans en être récompensé sur la pelouse en fin de saison.

Alors Wenger le clame haut et fort : cette année, il veut reconquérir cette couronne nationale. « Si je dis maintenant, alors que nous sommes trois points derrière Manchester United avant de l’affronter à domicile, que je ne crois pas au titre en Premier League, que me diriez-vous ? Vous me massacreriez. » Arsenal en saura plus sur ses capacités à aller au bout de sa quête après la réception de MU. Parce que le rival est redevenu un grand du Royaume et qu’il a une bonne tête de bête noire. Les Red Devils sont invaincus à l’Emirates Stadium contre Arsenal depuis quatre matches. Encore un, et ce sera la plus longue série du genre dans l’ère de la Premier League. Une raison de plus pour que les Gunners envoient un message fort ce dimanche.

Geoffrey Steines