Cesar Azpilicueta heureux
La joie du capitaine des Blues, Cesar Azpilicueta. | GEOFF CADDICK / AFP

Premier League (32e journée) : Chelsea s'en sort miraculeusement

Publié le , modifié le

Les Londoniens de Chelsea ont obtenu une victoire abracadabrantesque sur le terrain du barragiste Cardiff City (2-1), dimanche lors de la 31e journée du championnat d'Angleterre.

Ces trois points glanés dans les toutes dernières minutes grâce à un but clairement hors jeu et une erreur de marquage sont précieux dans la course à la qualification pour la Ligue des Champions. Avec soixante points, Chelsea (6e) reste en effet au contact de Tottenham (3e, 61 points, qui se déplace à 15h30 GMT sur le terrain de Liverpool), de Manchester United (4e, 61 points) et d'Arsenal (5e, 60 points, avant la réception de Newcastle, lundi). 

Mais cette bonne opération arithmétique ne saurait cacher la faiblesse de Chelsea, ce dimanche encore. Fébriles défensivement, peu impliqués dans le travail de récupération, guère imaginatifs dans la construction, quasiment jamais dangereux, les Blues ont livré l'une de leurs pires performances cette saison, dans la lignée des lourdes défaites concédées à Bournemouth (4-0, le 30 janvier) et Manchester City (6-0, le 10 février). Après une première mi-temps très moyenne, où les deux meilleurs joueurs Eden Hazard et N'Golo Kanté n'étaient pas titulaires, Cardiff a ouvert le score dès la reprise par Victor Camarasa (46e).

Loftus-Cheek, sauveur opportuniste

Les Blues n'ont commencé à réagir que vingt minutes plus tard. Il a fallu une erreur de jugement de l'arbitre de touche pour leur permettre d'égaliser, sur une tête de César Azpilicueta (84e). L'Espagnol était très clairement en position de hors jeu. Ruben Loftus-Cheek a ensuite trouvé la solution décisive, sur une erreur de marquage (90+1). Mais ce succès in extremis ne dissimule pas le sentiment de malaise évident qui s'est dégagé de cette formation, sauvée par l'arbitrage. L'entraîneur de Cardiff, Neil Warnock s'est d'ailleurs longuement positionné devant les arbitres en fin de match, sans un mot, au centre du terrain, en prenant le public à témoin.
 

AFP