Alan Pardew
L'entraîneur de Newcastle, Alan Pardew | AFP - LINDSEY PARNABY

Pardew, 7 matches pour son coup de tête

Publié le , modifié le

L'entraîneur de Newcastle Alan Pardew a été suspendu sept matches pour son coup de tête sur un joueur adverse lors de la victoire à Hull (4-1), a annoncé mardi la fédération anglaise (FA).

"L'entraîneur de Newcastle Alan Pardew est suspendu sept matches avec effet  immédiat et la possibilité de faire appel, après avoir reconnu les charges", a  annoncé la FA sur son site internet. Le technicien anglais, entendu plus tôt par les trois juges indépendants de la commission de discipline de la FA, n'aura même pas le droit d'entrer dans le stade lors des trois premiers matches. Lors des quatre suivants, il n'aura simplement pas le droit de s'asseoir sur le banc de touche.

Il devra par ailleurs s'acquitter d'une amende de 72.000 euros. "J'accepte la sanction infligée par la FA, a immédiatement réagi l'entraîneur dans un communiqué publié par son club. Mon objectif est  maintenant de préparer la rencontre du week-end à venir contre Fulham et  d'essayer de finir la saison le mieux possible. Je souhaite maintenant tirer un  trait sur cette affaire".

"Je regrette cet incident"

"Comme je l'ai déjà clairement exprimé, je regrette cet incident et m'excuse auprès de toutes les parties pour ma conduite inacceptable", poursuit-il. Pardew avait été exclu le 1er mars pour avoir asséné un coup de tête à David Meyler lorsque celui-ci l'avait repoussé du bras en cherchant à récupérer un ballon qui venait de sortir. L'entraîneur avait plaidé coupable de l'accusation de "comportement inapproprié". Son club l'a déjà sanctionné d'une amende de 120.000 euros. L'interdiction de stade sera donc effective lors des matches contre Fulham, Crystal Palace et Everton. Pardew sera ensuite privé de banc de touche contre  Southampton, Manchester United, Stoke et Swansea.

Ce n'est pas la première fois que Pardew, au casier disciplinaire déjà bien chargé à 52 ans, dérape. En 2006, alors qu'il était à West Ham, sa façon un peu trop exubérante de  célébrer un but contre Arsenal avait provoqué une dispute avec Arsène Wenger. En 2012, il avait écopé de deux matches de suspension et 24.000 euros  d'amende pour avoir essayé de soustraire le ballon lors d'une sortie en touche. Enfin, pas plus tard qu'en janvier, il s'était pris le bec avec Manuel  Pellegrini, son homologue de Manchester City. Après 29 journées, les Magpies sont actuellement 8e de Premier League avec 43 points et un match en moins. Ils restent sur deux victoires d'affilée avant de se rendre à Londres chez le 20e, Fulham.

AFP