Olivier Giroud courtisé par les Olympiques

Olivier Giroud courtisé par les Olympiques

Publié le , modifié le

Selon L'Equipe datée de ce jeudi, Olivier Giroud pourrait effectuer son grand retour dans l'Hexagone à l'occasion du mercato estival. L'attaquant tricolore, parti en 2012 en Angleterre sous les couleurs d'Arsenal, serait actuellement sur les tablettes de l'Olympique lyonnais et l'Olympique de Marseille. Deux clubs au sein desquels il pourrait de nouveau jouer les premiers rôles, lui qui a du se contenter cette saison d'un rôle de doublure au sein de la formation londonienne.

Une fois encore, la rumeur court. Parti en 2012 rejoindre Arsenal, Olivier Giroud est sous contrat jusqu'en janvier 2019. Mais voilà, comme le soulignait l'attaquant des Bleus lors du dernier rassemblement à Clairefontaine : "je ne me contenterai pas d'une nouvelle saison avec un temps de jeu si faible". Cette déclaration n'est manifestement pas tombée dans l'oreille de sourds puisque Lyon et Marseille auraient actuellement Giroud dans leur viseur. 

A un an de la Coupe du Monde, les deux clubs français pourraient lui offrir du temps de jeu et le statut de tête d'affiche. Des arguments importants, notamment pour le sélectionneur Didier Deschamps, si Giroud veut aborder le Mondial avec les Bleus dans les meilleures conditions possibles. 

Toujours selon L'Equipe, ce "dossier pourrait coûter 30 millions d'euros". A Lyon, Jean-Michel Aulas ne cache pas son admiration pour l'attaquant d'Arsenal et avoue qu'il serait ravi de l'accueillir : "Je suis fan d'Olivier Giroud. (...) Les choses ne sont pas suffisamment avancées pour que je puisse vous donner des informations qui laissent penser qu'il va venir". A Marseille, ils sont nombreux à le voir comme le successeur de Bafetimbi Gomis parti au Galatasaray

Mais la Ligue 1 n'est pas la Premier League, notamment en matière de prestige. Et ça, Giroud le sait parfaitement. "J'ai envie de gagner la Premier League avec Arsenal', confiait-il il y a encore peu de temps. Il va lui falloir faire des choix. 

Isabelle Trancoën