Jose Mourinho
Jose Mourinho | ANDREW YATES / AFP

Mourinho fait profil bas

Publié le , modifié le

"Il n'y a rien à fêter, le champion sera City ou Liverpool", a assuré l'entraîneur José Mourinho malgré la victoire chez les Reds (2-0) qui voit Chelsea revenir à deux points du leader après la 36e journée du championnat d'Angleterre.

En championnat, a estimé l'entraîneur des Blues, "on n'a aucune chance. On  pourra juste dire que l'on a gagné nos deux matches contre le champion, que ce  soit l'un ou l'autre, ce qui m'est égal". "On s'attendait à ce que ce soit un match pour le titre, on en a parlé  comme ça mais pour des raisons diverses ce ne sera pas le cas. Il nous reste un  point à prendre pour finir à la 3e place et se qualifier automatiquement en  C1", a poursuivi "Mou". A deux matches du termes, les Blues comptent 78 points contre 80 pour les  Reds, qui peuvent également être doublés par Manchester City, 3e avec 77 points  mais un match en plus à jouer et une différence de buts favorable. 

"La meilleure équipe et celle qui méritait de gagner a gagné. Mes joueurs  ont accompli une performance fantastique. Je les félicite. Ils savent combien  j'ai apprécié ce qu'ils ont fait. Kalas a été admirable. Schwarzer a été bon,  bon, bon. Il a été très solide, très expérimenté. J'ai pris la décision de le  titulariser car il a besoin de jouer. C'est un grand match, c'est bon pour sa  confiance", s'est félicité Mourinho. Décrié, ce dernier avait aligné une équipe B à trois jours du match crucial  en demi-finale retour de la Ligue des champions contre l'Atletico, après le nul  ramené de Madrid à l'aller (0-0). "Quand Liverpool a commencé à balancer de longs ballons dans la surface,  Cahill et Ivanovic se sont sentis comme des poissons dans l'eau. Du gain de  temps? C'est quoi ça? On n'a jamais parlé de ça cette saison alors que l'on a  joué de nombreux matches et on en parle seulement maintenant?", a-t-il continué  au sujet des critiques sur le comportement de son équipe.

Le "Special One" s'est en revanche montré plus aimable à l'égard de Steven  Gerrard, le malheureux capitaine des Reds qui a commis l'erreur fatale qui a  permis à Demba Ba d'ouvrir le score pour Chelsea. "Quelqu'un a glissé ou fait une mauvaise passe, c'est le football et  personne n'aime voir quelqu'un faire une erreur", a-t-il encore assuré.

AFP