Mata mate Liverpool

Mata mate Liverpool

Publié le , modifié le

Un doublé de Juan Mata a permis à Manchester United de s'imposer sur la pelouse de Liverpool lors de la 30e journée de Premier League (1-2). Les Reds, réduits à 10, ont pourtant failli égaliser dans les dernières minutes.

Les Mancuniens, parmi lesquels Mata, auteur d'un doublé, a peut-être enfin  achevé de convaincre son entraîneur, font ainsi coup double. Avec 59 points, ils reviennent à une unité d'Arsenal (3e) et ils distancent  du même coup leurs frères ennemis du Nord de l'Angleterre, qui ont même fini à  dix suite à l'exclusion du capitaine Gerrard (46e), 43 secondes seulement après  son entrée en jeu! La série des Reds (5e), lancés dans une incroyable remontée depuis un  dernier revers datant du match aller, s'arrête donc après 13 matchs. Et le trou  qui les sépare désormais de la dernière place qualificative pour la Ligue des  champions pourrait s'avérer impossible à reboucher.

Visiblement pas dans leur assiette, les joueurs de Brendan Rodgers, éteints  par un adversaire tactiquement plus au point, ont senti tout de suite que  quelque chose n'allait pas. Et Mata, parfaitement servi au coeur de la défense,  pointait du doigt dès la 14e minute les absences de la défense rouge. Les Reds, qui avaient pris 26 points sur 30 possibles depuis le 1er  janvier, ont alors complètement déjoué, semblant manquer de mordant, de repères  et de ressort.

Penalty raté de Rooney

Et l'Espagnol Mata a logiquement fini par inscrire son 7e but, un ciseau  spectaculaire (59e) entérinant la 2e victoire mancunienne en trois ans dans une  enceinte qui ne lui réussit historiquement pas trop. Après cinq victoires d'affilée, Liverpool, qui aurait pu égaliser par  Lallana (35e) sur sa seule occasion en 1re période, n'a donc réussi qu'à  réduire l'avantage par Sturridge (69e), auteur de son 5e but cette saison.

Un but qui démontre au moins que, même à dix après que Gerrard s'est essuyé  les pieds sur Herrera, Liverpool reste une équipe orgueilleuse. Les Reds auraient peut-être apprécié en revanche que Jones s'en sorte avec  autre chose qu'un simple avertissement après deux énormes tampons (22e, 55e)  sur Lallana et Henderson. Comme ils auraient sans doute voulu plus qu'une  simple remontrance de la part de l'arbitre envers l'Argentin Di Maria, coupable  de s'être saisi de la balle à pleines mains, en pensant qu'elle était sortie...  De quoi renforcer la tension du match et le sentiment d'injustice du stade. 

Manchester United, pas trop en réussite à l'extérieur ces derniers temps,  n'a même pas eu besoin de compter sur Rooney, remonté d'un cran aux  avant-postes. Alors qu'il a encore sorti son équipe de bien des mauvais pas  cette saison, l'Anglais a même laissé passer l'occasion, à la dernière seconde,  d'inscrire sur penalty un 2e but qui le fuit à Anfield depuis plus de dix ans. Si d'ici la mi-avril l'équipe de van Gaal négocie bien le derby qui  l'attend contre Manchester City puis le déplacement à Chelsea, le meilleur est  peut-être encore à venir.

AFP