Adebayor, Rooney, Tottenham, Man U
Emmanuel Adebayor et Wayne Rooney à la lutte | ANDREW YATES / AFP

Manchester United-Tottenham: 1-2

Publié le , modifié le

En s'imposant à Old Trafford en clôture de la 20e journée de Premier League (1-2), Tottenham revient à un point d'Everton, 5e et à 2 points de Liverpool, 4e. Depuis le départ d'Andre Villas-Boas, les Spurs n'ont plus perdu un match (3 victoires, 1 nul) et battent pour la première fois un grand club anglais cette saison. Après six succès consécutifs, Manchester United retombe dans ses travers et reste à 4 unités des places européennes.

Tim Sherwood et Emmanuel Adebayor ont réellement métamorphosé Tottenham. Boudé sous le règne d'Andre Villas-Boas, l'attaquant togolais renaît sous le règne de l'adjoint du Portugais. Titulaire depuis quatre matches et la prise de pouvoir de Sherwood, l'ancien Monégasque a signé un troisième but et a énormément pesé sur la défense de Manchester United à Old Trafford. Bousculés par des Red Devils déterminés à poursuivre leur série de six victoires d'affilée toutes compétitions confondues, les Spurs ont pris l'ascendant sur un coup de tête d'"Ade". Sur un centre déposé par un Eriksen lui aussi transformé sous la coupe de Sherwood, l'avant-centre africain a placé un coup de tête imparable dans le soupirail de David De Gea (0-1, 34e). Vingt minutes auparavant, le portier espagnol s'était interposé avec brio sur une frappe croisée de Lennon consécutive à une passe magistrale de Soldado (14e).

Dans le camp visiteurs, son homologue Hugo Lloris n'était pas en reste. Si ses deux sorties hasardeuses auraient pu coûter deux pénalties aux siens (5e, 87e), le portier français a sauvé la baraque à de nombreuses reprises. Sur une frappe de Smalling en début de rencontre (6e) puis dans une fin de match où les hommes de David Moyes ont tout donné (77e, 89e, 90e). Devant, Emmanuel Adebayor a poursuivi son chantier en gérant parfaitement une contre-attaque à l'heure de jeu. Sur le côté droit, Soldado temporisait et servait Lennon lancé à pleine vitesse. Trop lent pour dégager le centre de l'international anglais, Valencia laissait Eriksen pousser le ballon au fond des filets d'un coup de tête (0-2, 65e).

Portes ouvertes à Old Trafford

Incapables de s'imposer face aux ténors de Premier League depuis l'entame de la saison, en témoignent les gifles reçues contre Liverpool (0-5) et Man City (6-0), Tottenham semblait se diriger vers une victoire tranquille. C'était sans compter sur le réveil des locaux. Sur le côté droit, le jeune Januzaj entamait son festival. Welbeck profitait de sa passe lumineuse pour réduire l'écart (1-2, 67e) puis Llorris tremblait sur sa frappe enroulée (71e) et Chicharito manquait d'un rien la reprise sur son déboulé (76e). Les excellents corners bottés par Rooney, de retour de blessure, n'y changeaient rien. Lloris ou un de ses partenaires étaient toujours là pour s'interposer.

En cette période de fêtes, Tottenham s'est offert un festin. Trois victoires et un nul sur ses quatre derniers matches de Premier League permettent au club londonien de s'installer à la 6e place du classement. L'Europa League n'est plus qu'à un point, la Ligue des champions à 2. A l'inverse, Man U reste englué en milieu de tableau, à trois unités de son bourreau du jour. Défaits 4 fois et tenus en échec à deux reprises à domicile depuis le début de l'exercice 2013/2014, les Mancuniens sont en plein cauchemar dans leur "Théâtre des rêves." Au lendemain de son anniversaire, Sir Alex Ferguson, présent en tribunes, n'a pas eu droit à un cadeau. 

Jerome Carrere